DIVERTISSEMENT
18/11/2013 02:41 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

Tahar Rahim, une carrière d'acteur fastueuse depuis «Un prophète» (ENTREVUE/PHOTOS)

Courtoisie

Il vient tout juste d'atterrir à Montréal. Rencontré dans le salon d'un hôtel, Tahar Rahim tousse fort. «J'ai attrapé une bronchite», s'excuse-t-il en entrevue pour le Huffington post Québec. Malgré tout, le sourire aux lèvres, l'acteur français d'origine algérienne tient à poursuivre l'entretien. «J'aime parler de cinéma, alors allons-y», poursuit-il entre deux crises de toux.

De cinéma, il en a justement beaucoup à dire puisque l'année aura été fort prolifique pour l'acteur qui accumule les productions depuis son rôle acclamé dans Un Prophète de Jacques Audiard il y a quatre ans. «J'avais quand même fait des choses avant, mais c'est définitivement le film qui m'a fait connaître. Cette œuvre était touchée par la grâce», explique-t-il.

Auréolé de nombreux prix à travers le monde (Grand Prix du jury à Cannes, Prix Louis-Delluc, gagnant de neuf Césars, nomination aux Oscars, etc.), Un Prophète aura fait connaitre Rahim au-delà des frontières jusqu'aux États-Unis d'où il aurait reçu quelques propositions, toutes refusées jusqu'ici. «Mon rêve, c'est de jouer dans un film américain. Cependant, je ne le ferais pas à n'importe quel prix. Les rôles qu'on m'a offerts ne m'intéressaient pas. Ma porte n'est pas fermée pour autant, j'attends encore la bonne proposition», assure-t-il.

En attendant Hollywood, le jeune homme ne chôme pas. Seulement à Cinemania, il était à l'affiche dans trois longs métrages de la programmation: Gibraltar de Julien Leclercq, Le Passé d'Asghar Farhadi et Grand Central de Rebecca Zlotowski qui a d'ailleurs clôturé hier le festival. «Je vous rassure, ce n'est pas toujours comme cela», dit-il en riant.

Pour Grand Central, le comédien qui interprète un ouvrier itinérant d'une centrale nucléaire avoue s'être bien entendu avec Léa Seydoux dont il partage l'affiche. «Mon personnage connaît une histoire d'amour intense», raconte-t-il. L'œuvre a fait sensation lors de sa présentation à Cannes dans la section Un certain regard. Et pour cause, Léa Seydoux (La Vie d'Adèle) et Tahar Rahim, les deux acteurs du moment que l'on s'arrache en France attirent les projecteurs.

«Pendant trois jours sur la Croisette, les médias m'ont bombardé de questions sur les scènes intimes que j'ai jouées avec Léa. Ils voulaient savoir pourquoi je ne voulais pas me faire filmer tout nu. Je suis pudique et alors?», s'emporte-t-il sans vouloir s'épancher davantage sur le sujet.

Il y a aussi Gibraltar de Julien Leclercq, thriller haletant dont le tournage s'est déroulé à Montréal. «J'ai découvert pour la première fois la ville. J'en garde un merveilleux souvenir. La preuve, me revoilà», ajoute-t-il.

En ce qui concerne Le Passé, premier film français du réalisateur iranien Asghar Farhadi, l'acteur est plein d'admiration. «Il a une façon bien particulière de diriger ses comédiens. Il le fait à la manière d'un chef d'orchestre. J'ai beaucoup appris en sa présence», dit-il.

Et ce n'est pas fini. Outre la prochaine proposition cinématographique d'Emir Kusturica (L'Amour et la paix), Tahar Rahim vient de terminer le tournage de plusieurs films attendus, dont The Cut, le premier long métrage en langue anglaise du réalisateur allemand d'origine turque, Fatih Akin (Head On, De l'autre côté, Soul Kitchen). «Dès notre rencontre, j'ai su qu'on allait devenir amis. J'ai vécu durant six mois quelque chose d'intense avec lui devenant une sorte de prolongement de lui-même. On va retravailler ensemble, j'en suis certain», assure-t-il.

Et pour finir, il annonce être en plein tournage de Samba, la future comédie des deux cinéastes Eric Toledano et Olivier Nakache, les mêmes derrières le méga-succès français Les Intouchables qui met à nouveau en scène Omar Sy. «C'est ma première expérience dans une comédie. Je ne peux pas trop en parler en ce moment. La seule chose que je peux vous dire, c'est que j'interprète le meilleur ami d'Omar», dit-il.

EN IMAGES:

La carrière cinématographique de Tahar Rahim en images

À VOIR AUSSI:

Cinemania 2013: Six films à ne pas manquer

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.