POLITIQUE
18/11/2013 01:51 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

Denis Coderre travaillera avec Marcel Côté

PC

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a procédé lundi après-midi à la nomination d'un comité exécutif comportant beaucoup de nouveaux visages, cinq anciens d'Union Montréal, des indépendants, des opposants - deux membres de la Coalition Marcel Côté, mais rien pour l'équipe de Mélanie Joly et Projet Montréal de Richard Bergeron.

Ces nominations ont été entérinées en soirée lors de la première réunion du conseil municipal depuis les élections du 3 novembre.

Le nouveau comité exécutif

D'entrée de jeu, Denis Coderre a annoncé qu'il assumera les responsabilités du développement économique, des relations internationales, du mont Royal ainsi que du 375e anniversaire de Montréal.

Comme prévu, il a recommandé au conseil municipal de désigner M. Pierre Desrochers comme président du comité exécutif, une nomination entérinée en soirée. Élu par seulement neuf voix de majorité dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, cet ancien cadre de la compagnie Esso devient donc le bras droit du nouveau maire.

Les nominations de Mme Anie Samson, qui siégeait comme indépendante depuis 2012, et de M. Harout Chitilian, également un ancien membre d'Union Montréal devenu indépendant, à titre de vice-présidents du comité exécutif, ont été entérinées en soirée au premier conseil municipal du nouveau maire.

Une place pour le chef de la Coalition Montréal

En plus de faire une place à la Coalition Montréal de Marcel Côté en nommant Russell Copeman et Réal Ménard au comité exécutif, M. Coderre a annoncé qu'il voulait travailler avec M. Côté, qui devient conseiller au président du comité exécutif, pour un salaire symbolique de 1 $ par année.

« Marcel Côté est un grand Montréalais qui fait partie de la solution, et on cherche des solutions, c'est clair », a déclaré M. Coderre.

Le chef de Projet Montréal déçu

Denis Coderre n'a pas choisi d'élus de l'équipe de Mélanie Joly, non plus que de celle de Richard Bergeron pour siéger au comité exécutif.

Le chef de Projet Montréal est déçu. « Le maire Coderre a dit ne pas fait de partisanerie, il en a fait en ne nommant personne du parti. C'est le choix de Coderre d'avoir été partisan. On va parler au nom des 69 % de la population qui n'a pas voté pour Denis Coderre ».

M. Bergeron a quand même l'intention de participer positivement au débat, mais n'a pas voulu dire s'il s'opposerait à la nomination d'un ancien d'Union Montréal au comité exécutif, Harout Chitilian. « On verra ce soir », dit-il.

Il s'est par ailleurs dit favorable à la nomination de Marcel Côté,« une décision qui semble aller de soi ». M. Bergeron croit que M. Côté est plus compétent en administration qu'en politique et ajoute qu'il aurait également fait appel à ses services s'il avait été élu à la mairie.

Des absents

Plusieurs s'attendaient à ce que l'ancien vice-président du comité exécutif et membre du parti Union Montréal, Alan DeSousa, soit nommé au comité exécutif, surtout que tous les élus de l'arrondissement de Saint-Laurent s'étaient joints à Denis Coderre. On croyait donc qu'il était incontournable. La visite de l'UPAC dans son arrondissement aura, semble-t-il, joué en sa défaveur.

Même chose pour le maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnet, un ancien d'Union Montréal, dont tous les élus se sont ralliés au camp Coderre. Ses fréquentations auraient dérangé le maire. M. Bissonnette a récement fait la manchette pour avoir été vu à une fête où se trouvaient des acteurs de la collusion à Montréal et des proches de la mafia.

« Des gens ont déjà vécu l'expérience du comité exécutif. Je voulais avoir du renouveau. Je vous ai dit qu'on tournait la page et je voulais que ceux qui sont là aillent dans le même sens », a répondu M. Coderre, questionné sur le sujet.

Enfin, le maire a annoncé qu'il recommanderait au conseil municipal de choisir M. Frantz Benjamin comme président du conseil - suggestion entérinée lundi soir. Il s'agit alors du premier Montréalais d'origine haïtienne à occuper ce poste.

Mme Erika Duchesne, de Projet Montréal, agira à titre de vice-présidente du conseil municipale.

Premier conseil municipal de l'ère Coderre

D'autres nominations ont été annoncées en soirée lors de la première réunion du conseil de ville depuis les élections du 3 novembre.

La conseillère Mary Deros (Équipe Coderre) a été nommée maire suppléante.

Benoit Dorais a également été désigné leader des élus de Coalition Montréal au conseil de ville. À Projet Montréal, c'est Marc-André Gadoury qui continuera d'assumer cette fonction. Il sera assisté de Valérie Plante.

La conseillère Émilie Thuillier (Projet Montréal) a par ailleurs dénoncé le manque de parité au comité exécutif, soulignant que seulement quatre femmes ont été choisies pour y siéger. « En plus, on a vu les nominations au conseil d'agglomération - quatre femmes sur 15 - et on sait qu'il y a une prime en argent qui vient avec cette nomination-là, donc on élargit de plus en plus le fossé entre les hommes et les femmes », a-t-elle déploré.

L'un des premiers gestes du conseil a été de voter une résolution de soutien envers les sinistrés des Philippines.

Exclu du comité exécutif, le maire de l'arrondissement Saint-Léonard, Michel Bissonnet, était absent de cette première réunion, de même que son homologue du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez.

INOLTRE SU HUFFPOST

Denis Coderre pour les nuls