NOUVELLES
13/11/2013 12:04 EST

Le dernier juif d'Afghanistan va fermer son kebab

Paula Bronstein via Getty Images
KABUL, AFGHANISTAN - SEPTEMBER 18: Zebulon Simantov reads his old tatered hebrew prayer book as he celebrates the Jewish New Year feast of Rosh Hashanah September 18, 2009 in Kabul, Afghanistan. Zebulon, 57, claims to be the last Jew living in the war-torn conservative Muslim country and says he keeps a Kosher home. The Jewish New Year, or Rosh Hashanah, coincides this year with Eid al-Fitr, a Muslim feast marking the end of the fasting month of Ramadan. Born in northwestern Herat, Simantov attended Hebrew school before moving to Kabul at age 27. In 1992, he fled to Tajikistan, fleeing from Afghanistan's growing violence, married a Tajik Jew and had two daughters. The family immigrated in 1998 to Israel, but he returned to Kabul two months later, leaving them behind. (Photo by Paula Bronstein/Getty Images)

Zebulon Simintov, la cinquantaine, est devenu une célébrité à Kaboul, malgré lui. Il est le dernier juif connu d'Afghanistan, un pays dominé par un islam de plus en plus strict. Isaac levy, l'avant-dernier juif, est mort en 2005. Leur farouche rivalité à inspiré la pièce de théâtre The last two jews of Kabul («Les deux derniers juifs de Kaboul»), écrite par Josh Greenfeld et jouée à New York en 2002.

Dans la vie réelle, Zebulon est propriétaire d'un restaurant de kebab, le Balkh Bastan cafe (anciennement Balkh kebab cafe), qu'il a ouvert il y a quatre ans, jouxtant la seule synagogue du pays. «Toute la nourriture est préparée par des musulmans», tient-il à préciser.

L'histoire pourrait être vue comme un exemple de fraternité interconfessionnelle si, comme le rapporte l'agence Reuters, la petite entreprise de Zebulon, aussi propre et bien décorée soit-elle, n'était pas sur le point de fermer. La raison? L'insécurité croissante dans la capitale afghane décourage la population à s'aventurer à l'extérieur.

«Je prévois de fermer mon restaurant d'ici le mois de mars et de louer mon espace», précise le dernier juif d'Afghanistan. Il espère ainsi gagner assez d'argent pour rénover la synagogue.

45000$ de pertes

Par le passé, Zebulon Simintov pouvait compter sur les commandes des hôtels, mais celles-ci ont fondu comme neige au soleil depuis que les troupes américaines sont parties, réduisant les investissements et la sécurité.

Au début du 20è siècle, plusieurs milliers de juifs vivaient en Afghanistan. Une communauté disséminée avec les départs en masse vers Israël. La femme et la fille de Zebulon Simintov sont elles aussi parties pour la terre promise, mais Zebulon, originaire de Herat, berceau de la communauté juive, a décidé de rester contre vents et marées avec ses «frères» afghans.

Pourtant les talibans, avant d'être renversés en 2001, ont volé la totalité des biens de son père et mis à sac le bâtiment accueillant le restaurant de Zebulon, aujourd'hui couvert d'une couche de crasse noire. En outre, le café aurait perdu la bagatelle de 45000$ en quelques années.

Mais Zebulon Simintov est lucide. «Si la situation empire dans le pays, je fuirai», dit-il.