NOUVELLES
12/11/2013 12:54 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

La Chine, la Russie et l'Arabie saoudite au Conseil des droits de l'homme

Shutterstock
hands of the prisoner in jail

La Chine, la Russie, le Viêtnam et l'Arabie saoudite ont obtenu mardi des sièges au Conseil des droits de la personne, la plus importante agence onusienne en la matière, ce qui a suscité la colère de certains groupes indépendants.

L'Assemblée générale de l'ONU a élu 14 nouveaux pays au conseil de 47 membres, dont le siège se trouve à Genève et qui a le pouvoir d'adopter des résolutions pour mettre en relief certains problèmes.

Il dispose aussi de dizaines de rapporteurs spéciaux qui surveillent les pays les plus délinquants et les questions les plus épineuses, allant de la peine de mort aux frappes de drones.

L'organisme new-yorkais Human Rights Watch a rappelé que cinq pays qui s'étaient portés candidats — la Chine, la Russie, l'Arabie saoudite, le Viêtnam et l'Algérie — refusent de laisser les enquêteurs de l'ONU se pencher sur leurs agissements.

«Les pays qui n'autorisent pas les visites des inspecteurs nommés par l'ONU nous doivent des explications, a dit Peggy Hicks, de Human Rights Watch. C'est comme embaucher quelqu'un et ensuite refuser de le laisser entrer dans le bureau.»

Les sièges au conseil sont répartis selon les régions géographiques, et les pays membres de ces régions peuvent choisir les candidats à ces sièges. Le groupe Asie avait quatre candidats pour ses quatre sièges: la Chine, les Maldives, l'Arabie saoudite et le Viêtnam.

La Jordanie aurait aussi pu être candidate dans le groupe Asie, mais elle a retiré sa candidature et tente maintenant d'obtenir le siège refusé par l'Arabie saoudite au sein du puissant Conseil de sécurité de l'ONU.

«Le retrait de la Jordanie est un dur coup, puisque l'absence de toute compétition signifie que des pays comme l'Arabie saoudite peuvent être élus au conseil sans examen réel de leur performance, a expliqué Mme Hicks. Des pays comme la Chine et le Viêtnam devraient être questionnés concernant leurs problèmes endémiques de droits de la personne (et) incités à réaliser des progrès s'ils veulent être élus. Sans concurrence, la résolution qui promet que les membres du Conseil des droits de la personne respecteront les 'normes les plus élevées' en matière de droits de l'homme ne sont que des paroles vides de sens.»

Les autres pays élus pour des mandats de trois ans sont le Royaume-Uni, la France, les Maldives, la Macédoine, Cuba, le Mexique, l'Algérie, le Maroc, la Namibie et l'Afrique du Sud.

Le groupe UN Watch, qui surveille de près la performance de l'ONU en matière de droits de la personne, a dénoncé ceux qu'il considère être les pires nouveaux membres, notamment le Mexique et Cuba qui représenteront le groupe Amérique latine et Caraïbes.

«La Chine, Cuba, la Russie et l'Arabie saoudite violent systématiquement les droits de la personne de leurs propres citoyens, a dénoncé la directrice exécutive de UN Watch, Hillel Neuer. Et ils votent systématiquement de la mauvaise façon concernant les inititatives de l'ONU pour protéger les droits de la personne des autres. L'élection de l'Arabie saoudite par l'ONU est comparable au choix d'un pyromane comme chef des pompiers.»