POLITIQUE
04/11/2013 12:22 EST | Actualisé 03/01/2014 05:12 EST

Élections montréalaise: Richard Bergeron laisse planer le doute sur son avenir politique

Lydia Labbe-Roy

C'est tout sourire que Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, a fait son entrée au Théâtre Corona, dimanche soir, après être arrivé troisième à la mairie de Montréal. Il a toutefois laissé planer le doute sur son avenir politique.

Félicitant d'abord Denis Coderre pour sa victoire, il a également souligné la deuxième place de Mélanie Joly «qui est une nouvelle étoile en politique montréalaise, québécoise, canadienne». Il n'a évidemment pas manqué de remercier tous les Montréalais qui ont voté pour son parti.

«Il y a une seule vraie formation politique à Montréal, c'est Projet Montréal. La seule formation politique démocratique à Montréal, c'est Projet Montréal», a-t-il lancé avant de nommer chacun des candidats élus.

Malgré la troisième position de son chef, Projet Montréal sera tout de même l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal. «Notre formation politique verra à réaliser des projets en ayant toujours en tête que nous travaillons tous au conseil pour les Montréalais, pour le bien-être des Montréalais», a-t-il déclaré .

Avenir politique

N'ayant pas remporté la mairie de Montréal, Richard Bergeron pourra tout de même obtenir un poste à l'Hôtel de Ville en prenant la place de sa colistière, Janine Krieber, qui a remporté le district électoral de Saint-Jacques, dans l'arrondissement de Ville-Marie par une courte majorité de voix.

Cependant, le chef de Projet Montréal n'est pas certain qu'il demeurera en politique municipale. «À titre personnel, j'ai gagné par une très courte avance par le biais de ma colistière, mais ce soir je ne vous en dis pas plus. Je vais en parler avec Janine, nous réfléchirons à toutes les options», a-t-il affirmé.

La campagne électorale qui se termine était la troisième course à la mairie de Montréal de Richard Bergeron. Il se dit très heureux d'avoir mené Projet Montréal là ou il est rendu aujourd'hui, mais doit réfléchir.

Les candidats défaits à la mairie disposent de 12 jours pour décider si oui ou non ils prennent la place de leur colistier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Jour de vote à Montréal
Jour de vote au Québec