POLITIQUE
04/11/2013 09:22 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

L'enquête sur Mike Duffy se rapproche du bureau de Harper

CP

La Gendarmerie royale du Canada est à la recherche d'une série de courriels et de documents qui pourraient ajouter du poids aux allégations du sénateur Mike Duffy sur le rôle qu'aurait pu jouer le bureau du premier ministre Stephen Harper dans le scandale des dépenses injustifiées.

Selon une lettre datée de vendredi dernier obtenue par le réseau CBC, signée par Biage Carrese, de la division nationale de la GRC, « l'existence de tels documents pourrait être la preuve des agissements criminels d'autres personnes ».

La GRC rechercherait notamment des courriels détaillant un scénario qui aurait été imposé au sénateur Duffy pour cacher le fait que le chef de cabinet de M. Harper à l'époque, Nigel Wright, allait verser un chèque de 90 000 $ à M. Duffy pour lui permettre de rembourser ses dépenses inappropriées.

Le sénateur Duffy avait affirmé aux médias avoir contracté un prêt de la banque RBC pour rembourser ses dettes. Or, la semaine dernière, il a soutenu que « cette phrase » sur le prêt de RBC faisait partie d'un plan de communication qui lui avait été envoyé par courriel par le bureau du premier ministre.

La GRC souhaite aussi obtenir des courriels déjà déposés par M. Duffy au Sénat. L'un d'eux, en provenance de Nigel Wright et daté du 4 décembre 2012, confirmerait que les dépenses du sénateur étaient conformes. Un autre, daté de janvier 2009 et provenant d'un employé du bureau de la sénatrice Marjory LeBreton, ancienne leader du gouvernement au Sénat, indiquerait que le Sénat peut établir lui-même ce qu'est une « résidence », faisant référence aux règles entourant les allocations de logement.

Samedi, le président du Fonds conservateur, le sénateur Irving Gerstein, a fait comme le premier ministre Harper et mis la responsabilité de l'affaire sur les épaules de l'ex-chef de cabinet Nigel Wright, alors que l'avocat de ce dernier a affirmé que le Parti conservateur aurait initialement envisagé de repayer l'argent. Le parti a tout de même payé les frais d'avocats de M. Duffy, soit plus de 13 000 $.

Vendredi, dans un discours au congrès conservateur à Calgary, le premier ministre Harper a appelé le Sénat à suspendre sans salaire les trois sénateurs fautifs dans l'affaire des dépenses injustifiées.

Les controverses du Sénat

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.