NOUVELLES

Marcel Côté ému offre son soutien à Denis Coderre et une page se tourne pour Louise Harel

03/11/2013 10:25 EST | Actualisé 03/11/2013 11:59 EST
PC

Marcel Côté, le chef défait de Coalition Montréal, est arrivé vers les 22h à son QG de la rue Sherbrooke. Accueilli sous un tonnerre d'applaudissements, il a rejoint son estrade après de nombreuses accolades.

Ému, mais souriant face à cet important soutien de son équipe, il a livré un discours court, mais efficace, dans lequel il a offert son appui à Denis Coderre. Le discours d'un perdant, d'un quatrième, qui souhaite le meilleur à venir pour sa ville.

«J'ai eu l'occasion de parler à Denis Coderre, à qui j'ai transmis mes félicitations. Les défis qui l'attendent à l'Hôtel de Ville sont nombreux, et il pourra compter sur ma collaboration pour la suite des choses», a-t-il indiqué.

M. Côté a souhaité que la corruption et la collusion deviennent «choses du passé» et a espéré avoir sensibilisé les citoyens à un point essentiel de son programme, s'attaquer d'urgence à transformer l'administration de Montréal.

Il a également profité de son discours pour féliciter ses candidats élus et remercier les bénévoles qui travaillent pour Coalition Montréal depuis plusieurs semaines.

«La politique n'est pas facile, et je lève mon chapeau à ces hommes et ces femmes qui ont pris part à cette course pour leur engagement. Je souhaite tout particulièrement remercier les candidats et les candidates de Coalition Montréal, qui ont démontré leur détermination et leur persévérance pendant cette longue campagne. Plusieurs d'entre eux ont été élus ce soir et ils peuvent compter sur leur intégrité, leur rigueur et leur capacité à collaborer pour le bien de notre ville», a insisté M. Côté.

Une page se tourne pour Louise Harel

Louise Harel a rejoint tardivement le QG de Marcel Côté, alors que l'équipe de Coalition Montréal avait en grande partie quitter les lieux. Mais c'est sous des applaudissements que ses compagnons de longue haleine l'ont accueillie.

Après la défaite de son partenaire, on ne peut que se demander ce que va devenir celle qui incarnait le visage de l'opposition à l'Hôtel de Ville. Alors Mme Harel quittera-t-elle la politique?

«Je suis quittée par la politique», a-t-elle indiqué sans savoir de quoi son avenir sera fait.

«Reposez moi la question demain», a-t-elle argué, assurant par contre que la politique fera toujours partie de sa vie, «indéniablement».

«Et je souhaiterai que ce soit le cas pour beaucoup de femmes», a-t-elle ajouté.

Mme Harel s'est dite très fière de ces quatre dernières années, durant lesquelles «on a porté très haut le flambeau de l'intégrité à l'Hôtel de Ville».

Son seul regret aujourd'hui, le fait de ne pas avoir été élue en 2009.

«Je pense que j'aurai pu accélérer le retour à la fierté des Montréalais», a-t-elle expliqué. Aujourd'hui, Mme Harel insiste sur le besoin de changement de la ville de Montréal et estime quant à elle, être allée au bout de son engagement.

À LIRE AUSSI

Nostalgie au QG de Marcel Côté


> Tous les nouvelles du Huffpost Québec sur la campagne électorale à Montréal

Jour de vote à Montréal

Jour de vote au Québec

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.