NOUVELLES
02/11/2013 03:25 EDT | Actualisé 02/01/2014 05:12 EST

Un procès est retardé en Ohio parce que l'accusé est emprisonné au Québec

Getty

TOLEDO, États-Unis - Le dossier du meurtre d'une femme étranglée par son mari canadien en Ohio est immobilisé en raison des procédures d'extradition de l'accusé au Canada.

Le suspect, Kyle Sheppard, âgé de 30 ans, demeure détenu dans une prison de Saguenay, où il s'est rendu quelques jours après la mort de sa femme de 29 ans, Katie Sheppard, à Toledo.

La femme a été retrouvée sur le balcon avant de la maison du couple, enveloppée dans une couverture, une ceinture autour du cou.

Le journal de Toledo «The Blade», rapporte que l'impasse frustre les procureurs qui ne peuvent faire avancer le procès tant que M. Sheppard n'est pas renvoyé aux États-Unis.

M. Sheppard a contesté son extradition pour être poursuivi pour meurtre devant les tribunaux du comté de Lucas.

«J'aurais cru que l'affaire aurait progressé plus rapidement, mais je ne rejette aucunement la faute sur le Canada, a déclaré Jeff Lingo, chef de la division criminelle du Bureau du procureur du comté de Lucas. Nous respectons le système de justice canadien et l'attention qu'ils donnent au respect des droits de leurs citoyens.»

Daniel Brodsky, un avocat de la défense représentant M. Sheppard au Canada, affirme que son client ne reçoit pas de traitement de faveur en raison de sa double citoyenneté canadienne et américaine.

Me Brodsky a déclaré au journal qu'il était improbable que son client soit extradé prochainement.

Vendredi, l'avocat a déposé un appel d'une décision rendue en octobre par un tribunal canadien, dans laquelle un juge a estimé qu'il existait suffisamment de preuves pour appuyer une accusation de meurtre.

Le magistrat a découvert que des déclarations supposément effectuées par M. Sheppard à la police étaient cependant irrecevables en cour parce que les policiers ne lui avaient pas donné une possibilité suffisante de consulter un avocat.

Des enregistrements judiciaires démontrent que l'accusé aurait supposément dit aux autorités qu'il avait étranglé sa femme parce qu'il la soupçonnait de le tromper.

L'appel de la défense avance que l'extradition de M. Sheppard devrait être suspendue jusqu'à ce que les procureurs de Toledo complètent leur enquête. La défense affirme que puisque le juge a déterminé que les déclarations de M. Sheppard étaient inadmissibles, il ne restait pas suffisamment de preuves pour soutenir une accusation de meurtre.