NOUVELLES

La neutralité de l'État, un enjeu au-delà de la couleur politique, estime Houda-Pepin

01/11/2013 03:00 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

La députée libérale Fatima Houda-Pepin a de nouveau promis vendredi qu'elle réagira à la Charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois lorsqu'un projet de loi aura été déposé.

Entre-temps, Mme Houda-Pepin a estimé qu'il y avait eu « dérive » dans le débat qui anime le Québec depuis plusieurs semaines, décrivant l'atmosphère actuelle comme le « brouhaha le plus complet ».

« Je n'ai pas envie de rajouter une couche sur la dérive de ce débat, a-t-elle dit. Pour moi, ce sont des questions fondamentales, il faudrait les prendre avec beaucoup de sérieux. »

« J'ai une réflexion de faite depuis bien longtemps sur cette question-là. J'ai hâte de la partager avec les citoyens et les citoyennes du Québec. Je le ferai au moment opportun », a déclaré la députée de La Pinière.

Quant à la position déjà exprimée par son parti, qui s'oppose à l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires par les employés de l'État, Mme Houda-Pepin a laissé entendre qu'elle s'exprimerait en son nom. « Je n'ai jamais fait de partisanerie politique sur un sujet aussi important que celui-là », a-t-elle résumé.

Plus tôt vendredi, le ministre de la Justice du Québec, Bertrand St-Arnaud, a indiqué que le gouvernement ne rendrait pas publics les avis juridiques portant sur son projet de charte des valeurs.

En complément : Immigration et religion, ce que Fatima Houda-Pepin disait en 2005 et 2006

PLUS:rc