POLITIQUE

Un candidat de l'équipe St-Hilaire, à Longueuil, est accusé de conduite avec facultés affaiblies

31/10/2013 07:34 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST
Radio-Canada

À Longueuil, un candidat de l'équipe de Caroline St-Hilaire est accusé de conduite avec facultés affaiblies par l'alcool. Le conseiller sortant dans l'arrondissement Saint-Hubert, Jacques Poitras, devait subir son procès le 11 septembre, huit jours avant le déclenchement de la campagne électorale, mais l'audience a été reportée.

Un texte de Thomas Gerbet

Jacques Poitras est élu depuis 16 ans à Longueuil, il siège à la commission de la sécurité publique de la Ville. À l'été 2012, le conseiller municipal de 51 ans est arrêté au volant d'un véhicule par la police provinciale de l'Ontario du côté d'Hawkesbury Est. L'agent enregistre un taux d'alcoolémie qui dépasse 80 milligrammes d'alcool pour 100 millilitres de sang. 

Le candidat dans le district Parc-de-la-Cité n'a pas souhaité nous accorder d'entrevue. Il n'avait pas parlé de cette accusation à son parti.

« On n'était pas au courant. Quand on lui a posé la question, M. Poitras n'a pas nié qu'il faisait pas face à un chef d'accusation », explique la directrice des communications du parti, Judith Boivin.

Le parti de la mairesse sortante Caroline St-Hilaire maintient malgré toute sa confiance dans le candidat parce que l'événement s'est produit pendant ses vacances et parce qu'il va plaider non coupable.

Action Longueuil n'a pas voulu dire si elle maintiendrait Jacques Poitras dans son équipe s'il est élu et reconnu coupable au mois de mars. Impossible également de savoir si c'est le candidat qui a demandé le report du procès à la veille de la campagne électorale.

Tout comme au Québec, la justice ontarienne pourrait lui imposer une amende minimale de 1000 $. Il risque aussi un retrait de permis d'une année, à moins qu'il ne bénéficie de l'installation d'un antidémarreur avant terme. Sans compter l'obligation de suivre un programme de traitement et d'éducation.