Les bons compagnons font les bonnes habitudes. Tel est en substance ce que l'on peut retenir de cette étude britannique dont de nouveaux résultats ont été récemment publiés.

Lorsque l'on mange seul, nous apprend-elle, on se nourrit moins bien. Cette corrélation, qui témoigne de l'impact de la solitude et l'isolation sur la santé, serait d'autant plus vraie pour les personnes qui ont dépassé la cinquantaine.

Vaste enquête

À l'origine, c'est une grande enquête (EPIC Norfolk) sur les habitudes de vie de près de 25.000 personnes âgées d'entre 40 et 80 ans dans divers pays d'Europe qui a permis à des chercheurs britanniques de mettre en avant ce lien de cause à effet.

Depuis 1993, ils scrutent l'évolution du régime alimentaire des participants, mais aussi d'autres facteurs liés à l'apparition de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète.

Les chercheurs avaient d'ailleurs d'ores et déjà pu se rendre compte que les personnes qui consommaient plus de légumes ou de nourriture à base de végétaux que la moyenne diminuaient de 13% leur risque de développer un diabète de type 2.

Solitude = moins bonne alimentation

Le problème, c'est que nos habitudes alimentaires changent au cours d'une vie et sont notamment influencées par notre entourage, enfants, parents ou conjoint. De ce point de vue, l'étude a remarqué que les hommes vivant seuls et les personnes socialement isolées étaient aussi celles qui avaient le régime alimentaire le moins varié.

Mais avec près d'une personne âgée de 75 ans et plus sur deux qui vit seul, les personnes âgées seraient, de fait, les principaux concernés.

"Pour être un peu plus optimiste, ces résultats suggèrent surtout qu'en renforçant le lien social on peut améliorer la santé des personnes" remarque la chercheuse Annalijn Conkling. Le meilleur moyen de se faire du bien? Vivre en couple. Passé 50 ans, les personnes étudiées qui vivaient seules mangeaient en moyenne 2,3 fruits et légumes en moins que les autres.

Bonjour tristesse

Tout semble d'ailleurs indiquer que le chagrin alourdit le poids des mauvaises habitudes puisque les veufs et veuves vivant seul(e)s mangeaient 1,3 fruits et légumes en moins que ceux qui vivaient seuls, sans pour autant avoir perdu leur conjoint. À l'inverse, lorsque ces veufs et veuves avaient refait leur vie avec quelqu'un d'autre, ils consommaient autant de produits végétaux que les autres.

"Nos résultats soulignent la nécessité d'augmenter le champs des possibles en matière de relations sociales, lesquelles, entre autres, encourage un meilleur régime alimentaire," analyse la chercheuse. La convivialité et la commensalité ont encore de beaux jours devant elles.

EN IMAGES:

Loading Slideshow...
  • Le blanc, couleur de la pureté

    Les participants d'une <a href="http://www.flavourjournal.com/content/2/1/21/abstract" target="_blank">étude </a>ont trouvé qu'avec une cuillère de couleur blanche, les yaourts blancs étaient plus onctueux que les yaourts roses. En revanche, ils ont connu la sensation inverse avec une cuillère noire.

  • Le bleu donne l'impression du sel

    En mangeant un yaourt rose avec une cuillère bleue, les papilles des participants d'une <a href="http://www.flavourjournal.com/content/2/1/21/abstract" target="_blank">étude</a> ont détecté une saveur plus salée qu'en mangeant un yaourt blanc, toujours avec la même cuillère. En outre, ils ont considéré que ce produit paraissait de meilleur qualité et plus onéreux avec une cuillère argentée qu'avec une autre plus épaisse.

  • La couleur rouge est dissuasive

    La couleur rouge a un caractère dissuasif dans la perception de la nourriture. D'après une étude de la revue scientifique <a href="http://www.flavourjournal.com/content/2/1/21/abstract" target="_blank">Flavour</a>. "Le rouge pourrait être utilisé pour présenter de la nourriture aux gens qui doivent rationner leur alimentation, mais certainement pas pour ceux dont le poids est trop faible".

  • Le chocolat chaud, meilleur dans une tasse orange

    Notre cerveau<a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/26/couleurs-nourriture-perception-alimentation_n_3501210.html?utm_hp_ref=france" target="_blank"> tombe dans le panneau </a>quand on boit du chocolat chaud dans une tasse orange. Si la teinte de la tasse tend vers une couleur orangée ou crème, nos papilles semblent particulièrement stimulées. Pourtant, peu importe la couleur de la tasse, ce breuvage reste le même. Nos yeux s'invitent donc dans la dégustation.

  • Avec un couteau, moins besoin de saler

    Autre étude, autre aliment. Cette fois-ci c'est le fromage qui a été dans le viseur des scientifiques. Et en fonction de l'ustensile avec lequel on plante ce camembert moelleux, la sensation du salé est différente. Avec un couteau, le fromage parait plus salé qu'avec une cuillère, une fourchette ou un cure-dent.

  • Dans un soda à l'emballage jaune, le citron est meilleur

    Au contraire, <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/26/couleurs-nourriture-perception-alimentation_n_3501210.html?utm_hp_ref=france" target="_blank">un emballage jaune</a> donne l'impression d'une boisson plus désaltérante.

  • La couleur du sucre, c'est le rose

    <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/26/couleurs-nourriture-perception-alimentation_n_3501210.html?utm_hp_ref=france" target="_blank">Une boisson rose</a> sera ressentie comme une boisson sucrée.

  • Impossible de bien manger dans l'avion

    A cause de l'intensité du son dans l'avion, il serait impossible de profiter de la nourriture. L'environnement sonore affecte la perception des aliments <a href="http://www.maxisciences.com/go%FBt/perception-l-environnement-sonore-influencerait-le-gout-des-aliments_art9817.html" target="_blank">d'après une enquête</a>.

Loading Slideshow...
  • Ne prenez qu'une bouchée

    Une bouchée puis attendez 15 minutes. C'est le rythme à suivre car une petite portion est toute aussi satisfaisante qu'une portion deux fois plus grosse (mais vous n'avez probablement jamais eu la force de faire l'expérience pour le savoir). Des chercheurs de l'université de Cornwell ont découvert que les personnes qui mangeaient des sucreries, des gâteaux apéritifs ou du chocolat en format mini se sentaient aussi rassasiées que ceux qui mangeaient 77% de plus.

  • Faîtes règner le chaos sur la table

    Des os, des morceaux de gras, des croutes, des miettes: une telle vision est l'un des signes qui vous font arrêter de manger. Des clients d'un buffet à volonté qui ont passé la soirée à une table non débarrassée ont beaucoup moins mangé que ceux dont les tables étaient nettoyées régulièrement. La même étude, menée par Brian Wansink et Collin Payne, suggère aussi que la vue de bouteilles de vin vides réduirait la consommation d'alcool.

  • Buvez du vin rouge

    Les abeilles sont accros au sucre mais une étude récente a permis de découvrir qu'elles s'en désintéressaient — et étaient plus rapidement repues — lorsqu'elles étaient exposées au resvératrol, un polyphénol présent dans certains fruits comme les raisins ou les cacahuètes. En plus de cela, leur durée de vie s'allongerait aussi de 30%. Des études sur les hommes ont démontré un effet similaire sur l'appétit, lors d'une consommation modérée. Mais pour ce qui est de la durée de vie, les recherches continuent.

  • Mentez-vous sur le nombre de calories

    Se sentir repu dépend de "l'état d'esprit, de ce que l'on imagine ou espère que l'on va manger", écrivent des chercheurs de l'université de Yale qui ont fait croire à une moitié de leurs volontaires qu'un milkshake à 380 calories en faisait le double et à l'autre moitié qu'il était diététique. Résultat, ceux qui ont pensé s'être goinfrés avaient un niveau de ghréline — l'hormone qui stimule l'appétit — bien inférieur à ceux qui ont bu leur milkshake sans remords et qui avaient toujours faim après.

  • Mettez-vous des stop

    Pour vous éviter de trop mangez, divisez votre nourriture en petites portions (que vous répartirez dans plats différents, par exemple). Inconsciemment, finir une assiette est un signe. Des chercheurs de l'université de Yale ont pris un tube de chips et ont ajouté une chips rouge toutes les sept chips. Les personnes qui sont tombées sur ces "panneaux stop" ont mangé moitié moins que ceux qui n'avaient pas de chips colorées et étaient plus à même d'estimer le nombre de chips mangées.

  • Pensez au sandwich de la veille

    Pour réduire les quantités que vous consommez, repensez aux plats de la veille en regardant une photo prise par votre téléphone ou les vieux emballages. D'après des psychologues de l'université de Birmingham, cet exercice rendrait plus attentif et diminuerait l'appétit.

  • Dînez avec un homme

    Une femme qui passe à table avec un homme a des chances de consommer moins de calories (environ 720 au lieu de 833), d'après une étude de Molly Allen-O’Donnell à l'université d'Indiana. "Inconsciemment, une femme mangera moins en compagnie d'un homme car elle voudra sembler 'plus féminine'". Cette technique ne fonctionnerait cependant pas avec les hommes qui, eux, mangeraient plus pour apparaître "plus masculins", estime Allen-O’Donnell.

  • Mangez lentement pour votre santé

    Manger lentement vous procurera bien-être et équilibre physique. Afin de faire baisser le taux de calories présent dans vos aliments il vous suffit de prendre votre temps pour manger et de mastiquer correctement les aliments. "Je recommande de ralentir la vitesse de manger, car elle peut réduire la quantité de nourriture consommée ainsi que conduire à un plus grand degré de plénitude et à une notion de coupe-faim. Il n'est pas nécessaire d'appliquer cette méthode pour chaque repas. Manger à mon avis, devrait être une expérience agréable sans avoir à vérifier le temps»

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.