BIEN-ÊTRE

Le géant du commerce en ligne Amazon.ca se lance dans l'alimentation

31/10/2013 08:43 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST
Getty

Le géant du commerce en ligne Amazon diversifie son offre de produits au Canada. En ajout aux milliers d'articles déjà proposés sur son site Internet, Amazon offre maintenant des produits d'alimentation et des pièces de véhicules automobiles.

L'offensive d'Amazon dans le secteur de l'alimentation risque de bousculer les chaînes de supermarchés déjà établies au Canada. Le détaillant offre en ligne pas moins de 15 000 produits non réfrigérés, comme des boîtes de conserve, des jus, des boissons, des céréales, du café et de la nourriture pour bébés. Avec son immense pouvoir d'achat, Amazon pourra vendre ces produits à des prix très compétitifs.

Les chaînes d'alimentation canadiennes sont mal préparées à cette concurrence en ligne. Peu d'entre elles sont présentes sur le web. Loblaw, qui a récemment lancé une page de vente en ligne, n'offre pour l'instant que les produits de sa marque de vêtements Joe Fresh. Walmart, qui a lancé son site de vente en septembre, n'offre que 2000 produits alimentaires.

Au Québec, les clients d'IGA peuvent faire leur épicerie en ligne sur le site de leur supermarché, mais l'offre est limitée aux consommateurs qui ont une succursale près de chez eux. Le nombre de produits offerts est également restreint.

Amazon souhaite ainsi devenir le leader d'un marché en pleine expansion. Pour l'instant, les données de l'industrie compilées par le Globe and Mail suggèrent que moins de 1 % des denrées alimentaires consommées au Canada sont vendues sur Internet. D'ici 2025, ce pourcentage pourrait atteindre 10 %, selon la firme de consultation Booz & Co.

Amazon vend déjà des produits alimentaires aux États-Unis depuis plusieurs années. Dans le pays, jusqu'à 3 % des denrées alimentaires sont vendues sur Internet.

Les consommateurs américains peuvent aussi acheter des produits frais en ligne. Amazon offre ce service dans quelques régions, dont celle de Seattle, depuis plusieurs mois. L'expérience permettra de déterminer si ce service est rentable puisqu'il exige des investissements supplémentaires, notamment l'aménagement d'entrepôts et l'acquisition de camions de livraison réfrigérés.

Un texte d'Andrée-Anne St-Arnaud

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 meilleurs endroits où déguster de la nourriture de rue