NOUVELLES

Bute-Pascal: étincelles garanties

31/10/2013 08:34 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

On a eu droit à une conférence de presse animée, jeudi à Montréal, lors de l'annonce officielle du choc Bute-Pascal, prise deux

Une présentation divertissante, voire théâtrale, avec un but: relancer l'intérêt pour ce combat entre deux gloires locales, deux anciens champions du monde.

« C'est un défi aujourd'hui vraiment de ne pas vous dire la même chose que la dernière fois », a dit d'entrée de jeu le promoteur Yvon Michel.

La dernière fois, c'était le 25 mars, lors de l'annonce officielle originale du choc Bute-Pascal.

C'était avant la blessure à la main gauche de Lucian Bute, l'opération, et la décision de reporter le combat.

Sept mois plus tard, le décor, les acteurs et le sujet sont les mêmes.

Mais le ton, lui, a changé. Yvon Michel a porté les premiers coups à Interbox: « Ils ont fait tout un travail de promotion pour faire croire à tout le monde au Québec, et surtout à Lucian lui-même, qu'il faisait partie de l'élite mondiale. Avec une machine comme ça, c'est à se demander pourquoi ils n'ont pas été capables de bâtir de la relève. En fait, le déclin d'InterBox a commencé avec la victoire de Jean Pascal sur Adrian Diaconu en 2009.

« Je me suis dit, bon bien on va dire ce qui se passe à l'intérieur, ce qu'on en pense directement. Moi, je pense que Jean Pascal est bien trop bon pour Lucian Bute, pis là je l'ai dit. »

Pascal, lui, a réglé ses comptes avec les médias quant à l'interprétation des propos qu'il a tenus cet été sur Twitter: « Il faut arrêter de twister mes mots et dire ce que je dis vraiment. J'ai jamais douté de la blessure de Lucian. Je disais que la principale raison du report du combat n'était pas la main. »

« Pendant qu'il parle sur les réseaux sociaux, je m'entraîne », a répliqué Bute.

« On a l'impression d'être dans un bien-cuit, a dit Stéphan Larouche, l'entraîneur de Bute, mais il n'y a pas de punch le fun. En fait c'est un procès, et on va le régler le 18 janvier. »

Les deux camps se sont finalement entendus sur une chose: l'Agence mondiale antidopage (AMA) effectuera des tests surprises dès novembre. Le dossier a été réglé mercredi.

Jean Pascal va retourner à Las Vegas pour son camp d'entraînement, tandis que Lucian Bute a choisi de rester au Québec, en prévision du combat le 18 janvier... en espérant que cette fois-ci soit la bonne.

(D'après un reportage de Jacinthe Taillon).

PLUS:rc