NOUVELLES

Les médecins explorent une nouvelle arme pour lutter contre le VIH

30/10/2013 02:29 EDT | Actualisé 30/12/2013 05:12 EST
AFP

NEW YORK, États-Unis - Les médecins pourraient un jour lutter contre le VIH en inondant l'organisme d'anticorps, laissent entendre deux nouvelles études.

Cette stratégie a permis, chez des singes, de fortement réduire la concentration sanguine d'un cousin du VIH. La tactique pourrait aussi permettre de pourchasser le virus là où il se terre dans l'organisme, ce que les thérapies actuelles sont incapables de faire.

Ces résultats pourraient potentiellement révolutionner la lutte au VIH si l'approche devait se révéler efficace chez les humains, affirme un commentaire publié dans les pages du journal scientifique Nature.

Les anticorps sont des protéines qui s'attachent à des virus pour en assurer la destruction. Les anticorps produits par les gens infectés au VIH sont toutefois essentiellement inutiles. Les deux nouvelles études ont utilisé une version synthétique d'anticorps rares et particulièrement efficaces contre le VIH.

Une première étude menée chez des macaques rhésus a démontré qu'une seule injection d'anticorps pouvait avoir un impact important, a dit le docteur Dan Barouch de l'Université Harvard. Les 18 animaux avaient été infectés de la version simienne du VIH et chez 13 d'entre eux, le virus a été rendu impossible à détecter en moins d'une semaine.

Le virus est réapparu après la disparition des anticorps, de un à trois mois après la fin du traitement.

Chez les trois singes les moins infectés avant le traitement, le virus n'est pas réapparu pendant une période d'observation de huit mois. Le docteur Barouch a expliqué qu'ils n'ont pas été guéris mais que le traitement a permis à leur système immunitaire de prendre le dessus pour de bon.

La deuxième étude publiée dans Nature a témoigné de résultats encourageants chez un nombre plus restreint de singes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Six faits sur le VIH