NOUVELLES

Le gouvernement Marois bonifie l'aide aux plus pauvres

30/10/2013 04:32 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Le gouvernement de Pauline Marois a annoncé mercredi qu'il allait investir 318 millions de dollars sur trois ans pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres.

Cette annonce fait partie du volet « solidarité » du programme du gouvernement péquiste.

« Le Québec est une nation avant-gardiste qui s'est bâtie dans un esprit de solidarité et d'entraide, en cohérence avec les valeurs qui ont mené aux acquis sociaux dont nous sommes fiers aujourd'hui », a déclaré la première ministre Marois lors de l'annonce de son plan.

L'une des mesures prises est la bonification de 20 $ par mois de la prestation d'aide sociale des personnes seules sans contrainte à l'emploi à partir du 1er février 2014.

Des augmentations additionnelles de 10 $ par mois seront appliquées à partir du 1er janvier 2015 et pour les deux années suivantes.

Au 1er janvier 2017, la prestation pour cette catégorie d'assistés sociaux atteindra 654 $ par mois, soit 50 $ de plus qu'actuellement.

Ainsi, le revenu disponible des personnes seules permettra de couvrir 52,5 % des besoins de base.

Le coût total de la mesure est évalué à 71,4 millions de dollars.

Les quelque 5000 organismes communautaires, qui œuvrent dans les domaines de la santé, de l'éducation et du logement social, recevront 162 millions de dollars de plus en soutien de l'État sur trois ans.

Par ailleurs, le gouvernement débloquera aussi 57 millions de dollars supplémentaires d'ici 2017 pour lutter contre le chômage des immigrants et pour améliorer les efforts d'intégration.

En ce qui concerne l'immigration, le plan d'action prévoit notamment une enveloppe de 13 millions de dollars pour la francisation.

Pour le chapitre logement, Québec entend investir un peu plus de 3 millions de dollars par année jusqu'en 2017 pour la rénovation d'immeubles à vocation collective.

Au total, le gouvernement a indiqué que ce sont 2,9 milliards de dollars de plus en faveur de la solidarité qui auront été investis par le gouvernement entre septembre 2012 et 2017.

« Déception »

La Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ) se dit déçue par le plan du gouvernement.

« On s'attendait vraiment à ce que le gouvernement annonce la fin du détournement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux! C'est pourtant ce que la ministre Maltais avait laissé entendre l'année dernière quand elle avait été interpellée à ce sujet », a déclaré Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ.

Selon l'organisme, le plan du gouvernement « rate la cible ».

« Ce n'est certainement pas avec 20 $ de plus par mois que les personnes assistées sociales vivant seules verront réellement leur situation s'améliorer! » lit-on dans le communiqué de la FAFMRQ.

« Le gouvernement prétend faire de la solidarité durable, mais pour les plus pauvres, c'est plutôt la précarité durable », déclaré Françoise David, porte-parole de Québec solidaire en guise de commentaire à l'annonce du gouvernement.

« Depuis 20 ans, le pouvoir d'achat des personnes seules à l'aide sociale s'est détérioré de 12 %. L'annonce d'aujourd'hui est à des années-lumière de régler ces injustices », s'est insurgé Mme David.

Réserves du Conseil du patronat

Le Conseil du patronat salue le plan du gouvernement tout appréhendant que ces mesures attirent « de nouvelles clientèles, notamment les jeunes ».

S'agissant des aides aux organismes communautaires, le Conseil du patronat veut que ces aides soient accompagnées d'une « reddition de comptes axée sur l'atteinte d'objectifs de résultats ».

Enfin, le Conseil du patronat émet des réserves sur l'aide médicale aux aides domestiques et invite le gouvernement à trouver des « solutions originales ».

PLUS:rc