NOUVELLES

Un sursaut nécessaire

29/10/2013 10:42 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Une victoire en match de barrages contre le Dynamo à Houston, jeudi, et l'Impact obtiendra le droit de faire face aux Red Bulls de New York.

Une défaite, et la deuxième saison du onze montréalais en MLS sera chose du passé.

Malgré une fin de saison catastrophique, l'Impact de Montréal (14-13-7) a terminé au 5e rang de l'Est. Longtemps dans les hauteurs de leur association, les hommes de Marco Schällibaum, à bout de souffle, ont vu leur avance sur leurs poursuivants fondre comme neige au soleil... d'automne.

Depuis le mois de septembre, Montréal n'a que deux victoires en neuf rencontres. L'attaque est panne, la défense est chancelante.

Dimanche, après que le Fire de Chicago eut ouvert la marque en première demie contre les Red Bulls, l'Impact était même virtuellement éliminé. La machine offensive new-yorkaise s'est finalement mise en marche et, cinq buts plus tard, l'Impact était qualifié pour le match de barrages contre le Dynamo.

« On a eu nos difficultés sur la fin, a philosophé le défenseur Hassoun Camara, mais je pense que pas mal d'équipes ont eu des difficultés sur la fin. Je peux vous dire que Houston n'est pas une équipe sereine, du tout. Il faudra profiter de ça aussi et y aller sans aucune crainte en voulant déployer notre jeu et y aller en étant sûr de nos forces. »

Même si l'Impact est entré dans les séries par la petite porte, Camara croit quand même que l'Impact a sa place en barrages.

« On a pas volé nos 49 points, si on est là, c'est qu'on l'a mérité, même si on a eu un plus de peine sur les derniers matchs. Si on avait été plus performants on aurait été 3e, mais 5e est la place qu'on mérite. »

Retour opportun

La défense montréalaise devrait toutefois saluer le retour de Jeb Brovsky, qui a raté les quatre dernières rencontres de la formation en raison d'une fracture à un orteil.

« Voir l'équipe baisser de régime comme ça, c'est déjà une drôle de sensation quand tu joues. Mais quand tu dois regarder ça des lignes de côté, ça te ronge de l'intérieur. »

Avant cette blessure, l'Américain n'avait pas beaucoup applaudi ses coéquipiers du banc. Il a amorcé 29 matchs cette saison, et a joué l'entièreté de ceux-ci à 28 reprises.

L'Italien Alessandro Nesta, quant à lui, ne sera pas de retour à son poste en défense centrale. À l'entraînement mardi, Brovsky avait pris la place de Karl W. Ouimette dans la charnière défensive, aux côtés d'Hassoun Camara, Matteo Ferrari et Wandrille Lefèvre.

L'expérience texane

Leurs adversaires de jeudi seront toutefois en terrains connus. Le Dynamo a atteint la finale de la Coupe de la MLS lors des deux dernières saisons.

« On s'attend à un match très physique, a expliqué l'entraîneur adjoint de l'Impact Mauro Biello. On joue contre une équipe qui a l'habitude de ces moments, qui a beaucoup d'expérience. Il faut être patient, il faut être bien défensivement. Il faut être prêt au début des matchs et ne rien donner à Houston. »

Le jeu de l'Impact, plus en finesse qu'en puissance, semble moins convenir aux séries que le jeu robuste du Dynamo, mais Camara pense, au contraire, que les qualités de ses équipiers pourront s'exprimer face à ses adversaires.

« Techniquement, je pense qu'on est en supériorité par rapport à cette équipe. [...] Houston est un bon tirage pour nous. On a été performants dans l'ensemble dans les trois matchs face à eux. On a une carte à jouer là-bas. »

Au cours du dernier match entre les deux clubs, disputé le 4 octobre dernier pendant une difficile séquence sans victoire, l'Impact a perdu 1-0 sur la pelouse de Houston. Au stade Saputo, le Dynamo s'était incliné à deux reprises, par la marque de 2-0 et 5-0.

Si Montréal l'emporte jeudi, il fera ensuite face aux Red Bulls, les champions de la saison, en demi-finales de l'Est, dans une série aller-retour.

Mais, plus que jamais, l'Impact ne doit penser qu'au prochain match.

PLUS:rc