NOUVELLES

Recul de 10 % des investissements miniers au Québec en 2013

29/10/2013 01:04 EDT | Actualisé 28/12/2013 05:12 EST

La morosité qui plane au-dessus du secteur minier à l'échelle mondiale n'épargne pas le Québec, où l'investissement minier devrait connaître en 2013 un premier recul en 10 ans.

C'est ce qui ressort notamment du bulletin Mines en chiffres 2012, dont les données ont été dévoilées mardi par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Si les investissements miniers ont atteint 5,13 milliards de dollars en 2012, ce qui représente un record, ils devraient reculer de 9,8 % cette année pour se chiffrer à 4,63 milliards de dollars.

La situation est similaire pour les dépenses d'exploration et de mise en valeur, qui devraient se replier de 28 % en 2013, pour se chiffrer à 447 millions de dollars.

En plus du prix moins attrayant de certains métaux, le conseiller de l'ISQ Raymond Beullac attribue également cette situation à l'arrivée à maturité de plusieurs projets majeurs d'investissements.

M. Beullac ne croit pas que le projet de refonte du régime des redevances minières soit à l'origine de ce recul, rappelant que l'investissement minier était aussi en recul ailleurs au Canada ainsi que dans le monde.

En 2012, le triangle minier formé des régions de l'Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec ont monopolisé 95,3 % des investissements.

L'or est toujours aussi prisé par les minières québécoises, même si sa part en ce qui a trait aux activités d'exploration a reculé sous le seuil du 50 % depuis 2007.

Sur ce point, M. Beullac a rappelé que le prix de l'or a reculé de 28 %, après avoir atteint, le 5 septembre 2011, son sommet de 1895 $US l'once.

Les métaux ferreux et les métaux usuels, comme le cuivre, le nickel et le zinc, sont également très recherchés au Québec par les compagnies minières, selon l'ISQ.

La Presse Canadienne

PLUS:rc