NOUVELLES

Des personnalités appuient Marcel Côté

29/10/2013 01:24 EDT | Actualisé 28/12/2013 05:12 EST

La Coalition Montréal a présenté mardi dans une vidéo les témoignages de personnalités montréalaises qui appuient le candidat à la mairie du regroupement, Marcel Côté.

Du fondateur du journal Voir, Pierre Paquet, en passant par l'entrepreneur Alexandre Taillefer, le PDG de Sobeys Marc Poulin, le sénateur Pierre-Claude Nolin ou la chorégraphe Marie Chouinard, une douzaine de personnes vantent dans cette vidéo les mérites de l'homme qu'ils voudraient voir à la tête de Montréal.

Et les qualificatifs ne manquent pas pour le définir : authentique, intègre, extrêmement brillant, curieux, intelligent, dynamique, gestionnaire d'expérience, visionnaire, intense, rassembleur, sensé...

L'équipe de M. Côté a aussi fait circuler une photo sur laquelle on voit le candidat à la mairie en compagnie d'Éric Fournier, codirigeant de Moment Factory, entreprise bien connue spécialisée dans les installations multimédia, et Jacques Ménard, président de BMO Groupe Financier.

Un consensus autour des régimes de retraite

Par ailleurs, répondant en partie à l'appel du maire de Québec, Régis Labeaume, qui plaide pour une alliance des grandes villes du Québec afin de résorber les déficits des régimes de retraite, Marcel Côté affirme qu'il tient lui aussi à mener une action concertée dans ce dossier. M. Côté note que ce poste budgétaire est le troisième plus important à Montréal après le service de la dette et la sécurité publique.

« On a été exubérants dans les années 80 et 90 lorsqu'on a signé des ententes. Pour ne pas donner des hausses de salaire, on s'est rabattus sur la générosité des régimes de retraite. Mais là, on se rend compte que ça vient nous rattraper », dit-il.

M. Côté ne se dit cependant pas d'accord avec la « méthode Labeaume ». Rappelons que le maire de Québec est visé par des plaintes et même la menace d'éventuelles poursuites venant des syndicats de sa ville, qui lui demandent de cesser de dénigrer publiquement les fonctionnaires municipaux.

« Je ne crois pas que c'est en déterrant la hache de guerre [qu'on va trouver une solution]. Si on regarde l'histoire du Québec, l'histoire des conflits de travail, les escalades verbales dans les discussions, généralement, ça ne nous dirige pas vers un accord. Si on veut se diriger vers un accord, on devra s'asseoir avec les syndicats et s'entendre », déclare-t-il.

Marcel Côté croit que la future entente devra partager les coûts des régimes de retraite à parts égales entre les employeurs et les employés, autant pour ce qui est des contributions que des déficits.

Et la corruption?

En marge de cette présentation, la Coalition Montréal a également tenu à rappeler les mesures qu'elle compte adopter afin de permettre le fonctionnement optimal de Montréal et d'éradiquer la corruption.

Marcel Côté affirme qu'il tient à travailler avec une direction intègre et compétente, ainsi qu'avec une fonction publique efficace et moins coûteuse.

Ainsi, M. Côté dit qu'il munira Montréal d'une équipe forte et d'un comité exécutif « qui va refléter le Montréal d'aujourd'hui ».

Selon lui, la nomination d'un nouveau directeur général, lequel, il l'espère, sera là pour toute la durée de son mandat, d'un nouveau vice-président des finances et d'un commissaire à l'éthique permanent, qui sera connu au début de 2014 et chargé de mettre à jour un code d'éthique pour les élus et les fonctionnaires, permettra de mettre de l'ordre dans la pagaille actuelle.

Marcel Côté veut aussi revoir le fonctionnement général de l'administration de la Ville de Montréal pour la rendre moins complexe.

PLUS:rc