NOUVELLES

Crimes d'honneur : il faut agir, dit le Conseil du statut de la femme

29/10/2013 06:04 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Le Conseil du statut de la femme déposera mercredi un avis sur les crimes d'honneur stipulant qu'il serait irresponsable d'ignorer cette question. Radio-Canada a obtenu les grandes lignes de cet avis qui recense les crimes d'honneur au pays et formule des recommandations pour les éviter.

Un texte de Sébastien Bovet

Le pays tout entier a appris tragiquement la signification de l'expression crime d'honneur en juin 2009, lorsque les corps de quatre femmes ont été repêchés des écluses de Kingston Mills, en Ontario.

Le père, la mère et le fils ont été trouvés coupables de meurtre. Ils voulaient sauver l'honneur de la famille, parce que les quatre victimes s'habillaient et se comportaient comme leurs camarades québécois.

Dans la version quasi finale d'un avis qui sera publié au cours des prochaines heures, le Conseil du statut de la femme affirme que: « vouloir ignorer la question délicate des crimes d'honneur en raison des défis qu'elle pose serait irresponsable et indigne d'une société pluraliste, égalitaire et démocratique, qui entend le rester. »

Le Conseil recense 17 crimes d'honneur qui ont fait 21 morts au Canada depuis 20 ans. Au Québec, trois cas ont été rapportés, tous survenus depuis trois ans. 

En plus des Shafia qui habitaient Montréal, une jeune femme de 19 ans a été poignardée à Dorval en juin 2010. Sa mère refusait qu'elle sorte avec des amis, danse et boive de l'alcool. En août 2012, à Montréal, une femme de 21 ans a été égorgée par son mari contre qui elle avait porté plainte pour violence conjugale. 

Les crimes d'honneur sont avant tout un phénomène culturel, pas uniquement musulman, parfois sikh ou tamoul. L'isolement, le maintien des liens avec le pays d'origine et les difficultés d'intégration économique contribuent au phénomène. Les victimes sont plus souvent des femmes fortes qui refusent de céder à la pression familiale.

Le Conseil du Statut de la femme formule sept recommandations, dont:

  • l'élaboration d'outils pour dépister les violences basées sur l'honneur,
  • l'adoption d'une loi contre les mariages forcés,
  • et une stratégie de sensibilisation pour remettre en question le concept patriarcal de l'honneur.

Le dépôt de l'avis du Conseil du statut de la femme en plein débat sur la Charte des valeurs québécoises est politiquement délicat. Il renforcera probablement le gouvernement dans sa conviction qu'il faut réaffirmer certains principes fondamentaux, dont l'égalité homme-femme.

PLUS:rc