NOUVELLES

À coup de tirs bloqués

29/10/2013 11:14 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

On le répète : une équipe éclopée comme l'est le Canadien actuellement ne peut pas gagner des matchs en ouvrant le jeu. Pour un troisième match de suite, l'équipe a mis de côté la dentelle, mardi, avec comme résultat une deuxième victoire en 24 heures.

Le Tricolore (8-5-0) l'a emporté 2-1 sur les Stars de Dallas (5-6-1), à Montréal.

Comme ils l'ont fait lundi à New York, les patineurs du Tricolore n'ont pas ménagé leurs corps pour alléger la tâche de leur gardien. Après avoir bloqué 28 tirs des Rangers pour Peter Budaj, les hommes de Michel Therrien en ont bloqué 29, cette fois pour Carey Price. Des 18 patineurs en uniforme, seuls Tomas Plekanec et Alex Galchenyuk n'ont pas eu de tirs bloqués à leur fiche!

« Ils ne nous ont pas donné beaucoup de lignes de tir de la ligne bleue. Ça a fait la différence », a décrit l'attaquant des Stars Alex Chiasson, dont c'était le premier match au Centre Bell.

« Ils ont bloqué beaucoup de lancers. Il faut leur donner le crédit. Ils sont forts en échec-avant et ont bloqué beaucoup de lancers, c'est pour ça qu'on a eu de la misère », a ajouté son coéquipier Stéphane Robidas.

La recette fonctionne visiblement puisque le CH a accordé un seul but au cours des 120 dernières minutes. Et au final, seulement 27 rondelles se sont rendues à Carey Price, après que l'équipe eut accordé plus de 32 tirs dans 7 matchs de suite, une séquence qui a pris fin lundi.

« On peut voir que les joueurs sont prêts à se sacrifier pour gagner, a analysé l'entraîneur-chef vainqueur, Michel Therrien. Quand il y a des tirs bloqués, tu vois les réactions sur le banc et c'est bon pour l'esprit d'équipe. Ils sacrifient leur corps pour s'assurer qu'on gagne. »

Efficace, à défaut d'être élégant

Quand l'histoire d'un match tourne autour des tirs bloqués, c'est signe qu'il ne s'agissait pas d'un match enlevant. Et c'était vrai jusque dans la façon dont les buts se sont marqués.

Michaël Bournival a inscrit l'unique filet de la première période en faisant dévier un tir des poignets de Raphael Diaz, pris de la ligne bleue. En fait, Bournival a fait dévier la rondelle sur Robidas, qui a donc battu son propre gardien, Kari Lehtonen.

Avec ce filet, Bournival compte sept points à ses sept derniers matchs. Le numéro 49 a également bénéficié de la confiance de son entraîneur, qui l'a envoyé dans la mêlée en désavantage numérique quand il restait sept minutes au match, de même que dans la dernière minute de la troisième période.

« On l'a vu au camp, plus il joue, plus il est en confiance et il réussit des jeux, a rappelé Therrien. Il joue avec Plekanec et Gionta et occupe un rôle important à 5 contre 5, et on n'a pas peur de l'utiliser dans les unités spéciales. »

Rene Bourque, en profitant d'un retour de tir de Diaz, a doublé l'avance des Montréalais au deuxième tiers. C'était une deuxième passe dans le match pour le défenseur suisse.

Cody Eakin a ramené l'écart à un but d'un tir de loin que Price aimerait revoir, en fin de période médiane. Le gardien du Canadien s'est toutefois repris contre Eakin en l'arrêtant de la mitaine dans la dernière minute.

Plus tôt dans le match, Price a également réparé une bourde de son bon ami P.K. Subban, pris en défaut à la ligne bleue adverse. Le jeu a donné aux Stars une descente 3 contre 1, lors de laquelle le porteur de la rondelle, Jamie Benn, a opté pour un tir, bloqué par Price.

Murray en forme

À son deuxième match de la saison, Douglas Murray a continué à mettre à profit ses 109 kg (240 lb).

Le défenseur acquis cet été par Marc Bergevin a distribué six mises en échec, dont quelques-unes qui n'ont pas manqué de soulever la foule. Le Suédois a en outre bloqué trois tirs en 12 minutes de jeu. À défaut d'être habile sur patins, il a trouvé le moyen de se rendre « primordial », selon le terme utilisé par Therrien.

« C'est un joueur très dur à affronter, a dit l'entraîneur. On le constate par sa présence physique dans les coins, devant le filet. S'il peut punir l'adversaire, il le fait. En deux matchs, pour un gars qui n'a pas eu de camp, il compense par son expérience. C'est dur de lui enlever la rondelle dans les coins tellement il est fort. Il a joué dans ses limites et l'a bien fait. »

À noter

  • Les attaquants du Canadien Mike Blunden et Ryan White disputaient tous deux leur 100e match dans la LNH.

  • Après le match, le Canadien a annoncé le renvoi de l'attaquant Patrick Holland à Hamilton.

PLUS:rc