NOUVELLES

Le gouvernement est en route vers l'équilibre budgétaire, selon le DPB

28/10/2013 03:17 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

Le directeur parlementaire du budget (DPB) croit que le gouvernement Harper sera en mesure de rétablir l'équilibre budgétaire en 2015 malgré le ralentissement de la croissance économique, mais estime qu'ensuite, les surplus seront moins importants que ce que prévoit Ottawa.

Le plus récent rapport du DPB sur les perspectives économiques et financières montre que l'excédent pour 2015-2016 s'élèvera à 200 millions $, soit beaucoup moins que les 800 millions $ prévus par le budget déposé en mars. Il évalue également que les surplus pour l'année suivante seront de 1,7 milliard $, soit moins de la moitié des 3,9 milliards $ annoncés dans le budget Flaherty.

Si elles se réalisent, ces prévisions plus modérées pourraient avoir un impact important parce que le premier ministre Stephen Harper compte sur un budget équilibré -- avec de préférence un modeste surplus dès le budget de mars 2015 -- afin de respecter sa promesse, faite durant la campagne électorale de 2011, de permettre le fractionnement des revenus juste à temps pour l'élection du 15 octobre 2015.

Le rapport du DPB note que les calculs sont fournis sous réserve de modification. Le DPB indique qu'il n'a pas tenu compte de la promesse de geler le budget global de fonctionnement du gouvernement, annoncée dans le dernier discours du Trône.

Il a toutefois inclus dans ses estimations l'annonce de la semaine dernière concernant le déficit pour l'exercice financier 2012-2013 qui, à 18,9 milliards $, est 7 milliards $ plus bas que prévu. Résultat: le DPB affirme que le déficit pour 2013-2014 sera de 14,7 milliards $, soit 4 milliards $ de moins que le nombre avancé dans le budget de mars dernier.

Plus d'informations à venir

Le ministre des Finances, Jim Flaherty, qui est tenu au courant de la situation économique par des analystes du secteur privé, devrait publier sa mise à jour des projections financières au courant des prochaines semaines.

Ces perspectives plus modérées du DPB sont attribuées essentiellement à une baisse appréhendée de la croissance économique et des prix des produits de base en 2014.

« La conjoncture a (...) forcé le DPB à réviser à la baisse les perspectives de l'économie canadienne par rapport (...) à avril 2013, indique le rapport. En conséquence, ses prévisions quant au PIB nominal -- la plus large mesure de l'assiette fiscale du gouvernement -- sont inférieures de 25 milliards $ par an, en moyenne, à la projection reposant sur la moyenne des prévisions du secteur privé. »

Selon le rapport, l'économie devrait croître de 2,0 % en 2014, au lieu de 2,5 % prédit dans le budget de mars.

La décision de M. Flaherty de geler les cotisations d'assurance-emploi devrait coûter au gouvernement environ 700 millions $ au cours des deux prochaines années, soutient également le rapport.

Le DPB dit aussi s'attendre à ce que le taux de chômage augmente légèrement, et que la Banque du Canada maintienne son taux directeur à 1,0 % jusqu'au premier trimestre de 2015.

La Presse Canadienne

PLUS:rc