BIEN-ÊTRE

Facebook: l'algorithme «dispersion» permet de connaître la durée de vie d'un couple

28/10/2013 05:05 EDT
arxiv.org

Vous voulez savoir si votre relation va durer? Oubliez la thérapie de couple, l'astrologie ou les conseils de votre maman, et fiez-vous plutôt à votre compte Facebook. C'est ce que suggère une nouvelle étude effectuée par Jon Kleinberg, informaticien de l'université américaine Cornell, et Lars Backstrom, ingénieur pour Facebook.

Ces recherches, publiées en ligne le dimanche 27 octobre, ont consisté à dresser un algorithme en fonction des données récoltées sur le premier réseau social du monde. Le but: identifier le partenaire d'une personne désignée et savoir si la relation va durer.

Pour mettre en place leur algorithme, les chercheurs ont utilisé une gigantesque base de données de 1,3 millions d'utilisateurs Facebook, sélectionnés au hasard parmi les internautes de plus de 20 ans, ayant entre 50 et 2000 amis, et identifiés comme étant en couple sur leur profil. Au total, il existait une probabilité de 8,6 millions de couples différents.

Les chercheurs ont d'abord découvert que le nombre total d'amis que partagent deux personnes -notion appelée «embeddedness» (ou «intégration») par les sociologues- ne permet pas de définir de manière efficace si elles sont en couple. Il permet par contre de savoir si deux personnes sont des amis proches.

Correct 60% du temps

Mais l'algorithme mis en place -appelé «dispersion»- ne s'intéresse pas qu'aux amis proches. Il explore aussi les cercles de connaissances plus éloignées. Lorsque les cercles d'amis de deux partenaires ne sont pas ou peu connectés, les scientifiques parlent de «haute dispersion».

Voici l'algorithme en question, dans lequel chaque amoncellement de points figure un groupe de connaissances différentes sur Facebook:

facebook relations

Le groupe du dessus représente les collègues de l'utilisateur Facebook. Le groupe à droite représente les vieux amis de l'université. Enfin, le point isolé en bas à gauche du graphique, lié aux deux groupes les plus denses, mais éloigné malgré tout, représente le ou la partenaire de l'individu examiné.

«Le conjoint est un pont entre les différents groupes sociaux d'une personne», explique Jon Kleinberg.

L'algorithme a pu identifier correctement le partenaire d'un utilisateur Facebook 60% du temps, ce qui montre que le système est loin d'être un jeu de hasard.

Par ailleurs, lorsque l'algorithme se trompe, c'est la plupart du temps parce que le couple est dans une relation houleuse. Un couple ne présentant pas une «haute dispersion» sur le site a 50% de chances en plus de rompre dans les deux prochains mois, comparé à un couple à haute dispersion.

Les chercheurs ont aussi pris en compte le nombre de fois qu'un utilisateur consultait le profil d'un autre utilisateur, la participation aux mêmes événements et les messages envoyés. Mais la dispersion s'est avérée être la mesure la plus efficace pour définir une relation amoureuse.

Au-delà de l'efficacité de l'algorithme, cette étude montre aussi et surtout les efforts déployés par Facebook pour connaître la vie de ses utilisateurs et leur proposer le service le plus personnalisé. On peut d'ores et déjà imaginer un mur d'actualité plus orienté vers la famille et surtout... des publicités plus ciblées.

Les évolutions du fil d'actualité Facebook depuis 2006

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.