POLITIQUE

Politiciens et citoyens dans la rue pour la sauvegarde de l'Hôtel-Dieu à Montréal

26/10/2013 01:04 EDT | Actualisé 25/12/2013 05:12 EST
Radio-Canada

Des politiciens municipaux, des membres de regroupements communautaires et des citoyens ont manifesté samedi pour empêcher que l'Hôtel-Dieu ne tombe entre les mains de promoteurs privés qui pourraient en faire des condominiums de luxe.

Alors que la campagne électorale municipale entre dans sa dernière étape, plusieurs candidats comme le maire sortant de l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal et membre du parti Projet Montréal, Luc Ferrandez, étaient présents. « On doit négocier avec Québec. C'est l'arrondissment qui a les pouvoirs de zonages. C'est le temps ou jamais de négocier fort » a déclaré M. Ferrandez.

Candidate à la mairie de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal pour la Coalition Montréal, Danièle Lorain a aussi participé à la manifestation organisée par le Comité Logement du Plateau Mont-Royal, la Coalition Sauvons l'Hôtel-Dieu et le Front d'Action populaire en réaménagement urbain.

Louise Harel de Coalition Montréal a pour sa part expliqué que « la vocation première et patrimoniale de l'Hôtel-Dieu doit être conservée ». À ses yeux, il faut continuer d'y offrir des services de santé, mais aussi y inclure « un centre de services pour aînés et des logements familiaux abordables ».

Mme Lorain a renchéri en faisant valoir qu'il « est tout simplement impensable » de vendre l'établissement à des intérêts privés qui auraient le beau jeu d'y bâtir des condominiums. À son avis, « cette institution doit revenir à la communauté. »

Aucun projet immobilier n'a encore été annoncé, même si la direction du CHUM a adopté en mars dernier une résolution pour vendre l'immeuble, qu'elle évalue à une quarantaine de millions de dollars, pour financer en partie son nouveau méga-hôpital. La coporte-parole de la Coalition Sauvons l'Hôtel-Dieu, Sophie Sénécal, est inquiète.

« Nous, ce qu'on dit, c'est qu'il faut rester vigilant et vigilante face à ça, l'important, c'est que les projets répondent vraiment aux besoins de la population. »

Le Syndicat des employés du CHUM affirme de son côté que l'Hôtel-Dieu est loin d'être vétuste et que plusieurs unités ont été rénovées au cours des dernières années, dont l'hémodynamie et celle des soins intensifs.

« Il y a eu 50 millions de dollars qui ont été investis. Ce qu'on doit y faire, c'est repenser la vocation en se centrant sur la vocation originelle », dit Dominique Daigneault, du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN.

Puisque l'Hôtel-Dieu est situé dans le secteur patrimonial du Mont-Royal, tout changement de vocation devra faire l'objet d'une consultation publique et être approuvé par le ministère de la Culture et la Ville de Montréal.

Québec a formé un comité chargé de réfléchir à l'avenir de l'Hôtel-Dieu et des autres hôpitaux qui seront vidés après leur déménagement au CHUM et au Centre universitaire de santé McGill, ce qui inclut le Royal Victoria, l'Institut thoracique et l'Hôpital de Montréal pour enfants.

 Avec les informations de Bruno Coulombe

INOLTRE SU HUFFPOST

7 sites montréalais abandonnés