NOUVELLES

Restructuration du Massif de Charlevoix : Pauline Marois demande des explications

25/10/2013 07:37 EDT | Actualisé 25/12/2013 05:12 EST

Les citoyens de Petite-Rivière-Saint-François ne sont pas les seuls à se questionner sur les impacts d'une restructuration du Massif de Charlevoix. La première ministre Pauline Marois est intervenue personnellement dans le dossier.

Pauline Marois s'est entretenue avec le président-directeur général du Groupe Le Massif, Claude Choquette, pour comprendre les circonstances qui ont mené à la décision de fermer le chalet de la base de la montagne cet hiver.

Cette mesure s'inscrit dans la foulée d'un plan de réduction des activités du Groupe Le Massif pour 2013-2014 afin de redresser la situation financière de l'entreprise.

La première ministre souhaite que les résidents de Petite-Rivière-Saint-François soient bien informés de la situation et du caractère temporaire de la fermeture.

Plusieurs commerçants craignent des pertes économiques si les skieurs désertent le village.

Le maire, Gérald Maltais, doit rencontrer le président du Massif Daniel Gauthier vendredi dans l'espoir d'infirmer la décision de diminuer les activités de la station de ski cet hiver. M. Maltais trouve par ailleurs positif que la première ministre suive de près la situation.

« Je vois ça d'un bon oeil finalement que madame la première ministre soit comme nous et s'inquiète de la fermeture du chalet de la base », a -t-il dit.

Une pétition de citoyens inquiets circule à l'heure actuelle à Petite-Rivière-Saint-François pour s'opposer à la décision du Groupe Le Massif de fermer le chalet situé à la base de la montagne.

PLUS:rc