DIVERTISSEMENT

Franz Ferdinand au Métropolis: la frénésie du rock 'n' roll toujours présente

24/10/2013 08:51 EDT | Actualisé 24/10/2013 10:42 EDT
AP
Alex Kapranos of Franz Ferdinand performs at the second weekend of the 2013 Coachella Valley Music and Arts Festival at the Empire Polo Club on Saturday, April 20, 2013 in Indio, Calif. (Photo by John Shearer/Invision/AP)

La formation Franz Ferdinand, que l’on connaît pour ses prestations assurément dansantes, n’a pas manqué d’en faire autant pour son retour dans la métropole. Dernier passage du groupe au festival Osheaga en 2012, le quatuor avait du nouveau matériel à présenter à des fans conquis d’avance mercredi soir au Métropolis.

La salle s’est transformée en piste de danse rock 'n’roll à l’instant même où le chanteur Alexander Kapranos s’est emparé du micro pour entonner les paroles de Bullet, pièce au refrain ultrarapide figurant sur le récent Right Thoughts, Right Words, Right Action.

Coup sur coup!

Solide présence sur le plan sonore, Alex et ses acolytes semblaient en grande forme, chose que plusieurs redoutaient pourtant avant que la soirée commence. Visiblement, les quatre musiciens n’ont rien d’un groupe has-been. L’euphorie est toujours là ! Les pièces étaient envoyées coup sur coup, les spectateurs ayant ainsi droit à quelques bonnes secousses de guitares livrées avec précision. Sur scène, chacun faisait ce qu’il avait à faire sans trop animer le public, sans non plus interagir entre eux. Le spectacle n’a pas été ponctué de grands flaflas…comme quoi un vrai bon groupe rock britannique sait que tout doit reposer sur la pureté du son. Eh oui, le concert de Franz Ferdinand avait tout d’une réelle performance rock.

Expéditifs comme à l’heure habitude, les quatre musiciens ont offert un mélange hétérogène de chansons figurant sur leurs différents albums. Ainsi, les fans ont pu savourer les The Dark of the Matinee, No You Girls et Evil Eye avant qu’Alex Kapranos lance « Ce soir, ce soir, ce soir » pour introduire la fameuse Do you want to?. Le jeu de séduction évoqué par la chanson se transposait énergiquement dans les déhanchements des fans qui se trémoussaient à qui mieux mieux.

Le très plat horizon

Alors que Franz Ferdinand approchait le milieu de sa prestation, interprétant Stand on the Horizon, la musique a été coupée d’un coup. Retour de son trop fort dans les oreillettes des artistes? Cela a semblé déstabiliser le quatuor qui est resté stoïque pendant quelques secondes. On n’a pas tenté de sauver la pièce. On est passé à la suivante et puis voilà. Visiblement perplexes, ils ont renchéri avec une entrée en douceur de Right Thoughts, Right Words, Right Action, pièce titre de leur dernier disque. Une belle montée attendait la foule sur ce morceau; le band jouait avec de plus en plus de vigueur et le public, suivant leurs chefs d’orchestre entonnait les « papapa » et « tututut » avec ce même aplomb.

Les étoiles du match

Attendues au rappel, Fallen, This Fire et Take me out ont été offertes à la foule alors que celle-ci ne s’y attendait pas du tout. Évidemment, il en a été de la meilleure portion de la soirée, même si les nouvelles chansons étaient extrêmement bien reçues de la part des fans. Des clappements de mains hyperactifs durant Fallen, une chorale de « This fire is out of control… » sur The Fire puis, une foule perdant justement tout son contrôle sur Take me out. Vraiment, les spectateurs donnaient tout! L’enchaînement des trois titres a été harmonieusement raccroché à Love Illumination, un nouveau morceau au rythme mordant.

Mention spéciale aux baguettes de Paul Thomson: au rappel, les membres de Franz Ferdinand se sont rassemblés autour de la batterie pour offrir un jam collectif de tambours et de cimbales. À quatre sur le même instrument… il y avait de l’action! De la vraie bonne action!

EN MUSIQUE:

Franz Ferdinand en quelques titres

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.