NOUVELLES

« Le ministre Blanchet fait de la désinformation », déplore Mario Girard

23/10/2013 02:23 EDT | Actualisé 22/12/2013 05:12 EST

Le président-directeur général du Port de Québec ne comprend pas la sortie du ministre de l'Environnement sur les problèmes d'accès des inspecteurs à ses installations.

Mario Girard affirme que la direction collabore pleinement aux inspections lorsque des incidents environnementaux surviennent. Il qualifie les propos du ministre Yves-François Blanchet de « désinformation. » 

Le ministre Yves-François Blanchet a dit, mardi, qu'il juge anormal que le site ne puisse être inspecté sans avoir reçu préalablement une autorisation sous prétexte qu'il est de juridiction fédérale. Cette attitude de fermeture n'a rien de rassurant pour les citoyens qui vivent aux abords des installations du port, selon le ministre.

« On est en train de faire pratiquement un derby de démolition contre le port », a dénoncé mercredi Mario Girard.

« Je pense que c'est assez. Il faut que ça arrête. Il n'y en a pas de problème en ce qui concerne les incidents environnementaux. Nous collaborons avec les inspecteurs lorsqu'il y a des incidents environnementaux », a-t-il martelé. 

Le président du Port de Québec admet que l'accès au site lors de « visites administratives » fait l'objet d'un recours judiciaire, mais il ne s'agit pas d'incidents environnementaux, insiste-t-il. Une nuance que le ministre n'a pas faite, selon Mario Girad.

« Je pense que le ministre crée une confusion qui semble lui servir. On ne parle pas de la même chose. On parle de visites de nature administrative et pour ça on est devant les tribunaux. Les avocats des deux parties se parlent pour trouver des façons de fonctionner. Ça, il ne l'a pas expliqué », indique-t-il.

Selon Mario Girard, l'attitude du ministre de l'Environnement nuit à la réputation du port.

« Honnêtement, le ministre Blanchet est en train de créer un environnement extrêmement négatif autour de l'industrie. Après avoir tué Rabaska, est-ce qu'on en est rendu à vouloir un peu tuer le port? On commence à voir de sérieux impacts. Des gens, des projets d'investissements autour du port commencent à être impactés. »

Mario Girad se dit « en mode collaboration avec le ministère ». « C'est de la désinformation cette histoire-là », déplore-t-il.

PLUS:rc