NOUVELLES

Élections : les péquistes assurent qu'ils ne sont pas pressés

23/10/2013 11:11 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

Le gouvernement du Parti québécois n'est pas pressé de déclencher des élections, a soutenu mercredi le ministre des Relations internationales, Jean-François Lisée.

Tout comme d'autres collègues, M. Lisée a reconnu que l'opposition bloque certains projets de loi, mais il juge que cela n'empêche pas les dossiers gouvernementaux de progresser. Le ministre a cependant affirmé que le gouvernement péquiste étant minoritaire, il demeure en « campagne électorale permanente ».

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a rappelé qu'un gouvernement minoritaire peut déclencher des élections lorsque l'opposition entrave ses projets de loi.

M. Duchesne a ajouté que le gouvernement ne contrôle pas totalement l'ordre du jour en raison de sa position, mais il soupçonne l'opposition d'avoir plus d'appétit pour une campagne électorale.

Sa collègue Agnès Maltais, titulaire des portefeuilles du Travail et de l'Emploi, a soutenu qu'elle n'est pas dans un état d'esprit électoral. Mme Maltais a reconnu qu'il y a des bras de fer avec l'opposition dans certains dossiers, comme la réforme de la loi 101.

La population de veut pas d'élections

Le vice-premier ministre François Gendron a quant à lui affirmé que la population ne veut pas d'élections.

Au moins quatre projets de loi sont bloqués par l'opposition, explique toutefois l'entourage du cabinet de la première ministre Pauline Marois.

À la fin de la semaine, le conseil des ministres se réunira exceptionnellement dans un lieu retiré, à Saint-Michel-des-Saints, a rappelé M. Duchesne en soulignant que les libéraux bloquent le projet de loi constitutif de son ministère, créé après la dernière élection.

Depuis l'été, le gouvernement est en progression constante dans les sondages, ce qui n'empêche pas les libéraux de demeurer en très légère avance.

La Presse Canadienne

PLUS:rc