NOUVELLES

Smith, le successeur tant recherché?

22/10/2013 06:22 EDT | Actualisé 22/12/2013 05:12 EST

La saison n'a rien d'excitant et l'état de santé d'Anthony Calvillo laisse supposer qu'il a peut-être fait son dernier tour de piste. N'empêche, les partisans des Alouettes ont trouvé une source d'espoir dimanche.

Troy Smith a pris ses aises sur le terrain du stade Percival-Molson à son premier départ de la saison, s'attirant les éloges de ses coéquipiers et de son entraîneur.

« Sur la longue passe à (Duron) Carter au 2e quart, il s'est sorti de la pochette protectrice avant d'y revenir et de finalement compléter sa passe... Quelqu'un capable d'étirer un jeu de la sorte, tout en gardant les yeux sur ses cibles potentielles, c'est ce que tu recherches », s'est réjoui Jim Popp après la victoire des siens face aux Tiger-Cats.

Cette passe de 32 verges, en situation de 2e essai et 10 verges à franchir, a exposé à la fois le calme, l'expérience et les qualités athlétiques de Smith. Sur le jeu suivant, il a rejoint Arland Bruce sur 26 verges dans la zone des buts pour porter la marque à 31-3 en faveur des Montréalais.

La perfection, une quête

S'il a ralenti en deuxième demie, n'enregistrant que 40 de ses 247 verges de gains aériens, le quart de 29 ans a tout de même piloté le « meilleur match offensif de l'année » des Alouettes, selon le porteur de ballon Tyrell Sutton.

Malgré cela, le principal intéressé ne s'est accordé qu'une note de C+, invoquant des « erreurs que vous n'avez pas vues ».

« Je crois en la perfection. Personne n'est parfait, mais pour moi, il s'agit d'une quête constante », a lancé le gagnant du trophée Heismann 2006, haussant inévitablement les attentes à son endroit.

Dans les dédales de la NFL

Déjà, sa seule présence comme quart partant a de quoi impressionner. Embauché à la mi-août, il devait se limiter à un rôle d'étudiant en 2013 pour apprivoiser les rudiments du football canadien.

C'est que Smith était retourné aux études après avoir peiné à faire sa place dans la NFL. Au terme d'un stage universitaire brillant avec les Buckeyes d'Ohio State, il a porté les couleurs des Ravens de Baltimore, des 49ers de San Francisco et des Steelers de Pittsburgh.

En 2008, le poste de partant des Ravens lui était promis quand on lui a diagnostiqué le syndrome de Lemierre, une pathologie rare et grave. Durant son absence, un certain Joe Flacco s'est imposé. Celui-là même qui a guidé les Ravens au Super Bowl l'hiver dernier.

En 2010, Smith a piloté l'attaque des 49ers pendant cinq matchs consécutifs (3-2) avant de céder sa place à Alex Smith.

« Le bras le plus puissant »

Il a beau avoir souvent été jugé trop petit selon les standards NFL - Smith mesure 6 pi (1 m 83) - ses qualités athlétiques impressionnent. « Nous n'avons jamais misé sur un quart avec une telle puissance dans le bras », a tranché le directeur général Popp, en poste depuis le retour de l'équipe à Montréal en 1996.

En plus, Smith peut courir. Face aux Tiger-Cats, il a franchi 16 verges en 3 tentatives. Rien d'impressionnant. Mais en 20 matchs dans la NFL (de 2007 à 2010), il a enregistré 230 verges de gain en plus de marquer 3 touchés.

L'élu?

Après 16 saisons avec Anthony Calvillo, le temps est venu pour Popp de penser à sa succession. Si ce n'est pas dès maintenant, ce sera fort probablement au terme de la saison 2014.

Troy Smith est-il le prochain meneur de jeu des Oiseaux? « Je ne sais pas si c'est notre homme, a répondu Popp. Mais il a prouvé qu'il peut gagner contre une bonne équipe. Ceci dit, quatre gars l'ont fait pour nous cette saison. »

« Il a gagné un Championnat national à l'université (NDLR : Smith a remporté le Fiesta Bowl en 2006, mais s'est incliné au match de Championnat national BCS en 2007). Il a gagné des matchs dans la NFL. Je ne suis pas inquiet à propos de ses capacités. C'est une question de temps. »

Bref, Smith a la matière brute pour s'imposer dans le circuit canadien. Reste à voir s'il redeviendra le pilier qu'il a déjà été.

PLUS:rc