NOUVELLES

Mexico veut une enquête sur l'espionnage de l'ex-président Calderon par les Américains

22/10/2013 04:37 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

Après le Brésil et la France, les Américains devront fournir des explications au Mexique, à la suite de révélations faisant état de surveillance de courriels de l'ex-président mexicain Felipe Calderon.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères a annoncé mardi qu'il allait convoquer l'ambassadeur des États-Unis à Mexico.

« Le président Enrique Pena Nieto (...) m'a demandé de convoquer, à mon retour au Mexique, l'ambassadeur des États-Unis, Anthony Wayne », a déclaré Jose Antonio Meade, au cours d'une conférence de presse à la mission mexicaine auprès de l'ONU à Genève.

Le gouvernement mexicain a également annoncé qu'il avait l'intention de mener un enquête « exhaustive » sur l'espionnage américain.

Le 5 septembre, le président mexicain Enrique Peña Nieto avait assuré avoir reçu du président américain Barack Obama l'engagement qu'il allait mettre en place une enquête sur l'espionnage dont le chef de l'État mexicain aurait été l'objet en 2012, pendant qu'il était candidat.

Cependant, dimanche, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié une information selon laquelle l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine avait espionné les courriers électroniques de l'ex-président mexicain à partir de mai 2010 et que l'agence avait « espionné systématiquement et pendant des années le gouvernement mexicain ».

Le magazine allemand s'est appuyé sur un document secret publié par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden, actuellement réfugié en Russie.

« Aujourd'hui, et face à ces nouveaux éléments et face à une réponse (américaine, NDLR) insuffisante, et donc inadmissible, le gouvernement du Mexique tient à souligner très fermement la nécessité d'ouvrir (...) l'enquête promise par le président Obama et de l'élargir pour y inclure les dernières informations », a indiqué mardi M. Meade.

Il a également demandé à ce que cette enquête soit achevée dans un « bref délai » afin de déterminer qui étaient les éventuels responsables de ces activités d'espionnage.

PLUS:rc