NOUVELLES

L'héritage du maire Marcotte hante le débat à Mascouche

22/10/2013 04:14 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

Les trois candidats à la mairie de Mascouche se sont affrontés lundi soir dans un débat organisé par la Chambre de commerce locale. Devant environ 500 personnes, Guillaume Tremblay, Luc Thériault et Pierre Neuvraumont se sont affrontés pendant plus de deux heures, se tirant quelques flèches bien acérées au passage.

Après 21 années de règne du maire Richard Marcotte, arrêté par l'UPAC et accusé de fraude et de corruption au printemps 2012, les relents de scandale flottent toujours à Mascouche et certains épisodes ont ressurgi lors des échanges parfois animés entre les candidats.

Le contrat de déneigement des bornes-fontaines à 650 $ l'unité, par exemple, occupe encore beaucoup de place à Mascouche. Le candidat Luc Thériault ne manque d'ailleurs pas une occasion de rappeler que c'est son opposant Guillaume Tremblay qui a proposé la résolution, lorsqu'il était conseiller municipal.

« Sur votre proposition des bornes-fontaines, vous avez donné trois réponses différentes : j'ai reçu les papiers à la dernière minute, les papiers étaient falsifiés, l'hiver arrivait », a lancé Luc Thériault à l'endroit de Guillaume Tremblay.

« Vous n'avez aucun autre argument que ça depuis le début de la campagne, vous faites juste parler de ça les bornes-fontaines », a rétorqué M. Tremblay.

Peu avant le déclenchement de la campagne, le parti de Guillaume Tremblay a payé un repas de poulet aux résidents d'une maison pour personnes âgées de la ville. Une décision qui manquait de jugement, selon ses adversaires.

« Moi, je me présente devant vous pour gérer un budget de 69 millions, je pense que je suis capable de parler d'autre chose que de p'tits poulets », a répondu Guillaume Tremblay à Pierre Neuvraumont et Luc Thériault.

Au cours de la soirée, les candidats ont aussi expliqué ce qu'ils entendent faire de l'aéroport de Mascouche, du terrain de golf de la ville ou encore du contrat controversé de gestion de l'aréna municipal.

S'ils diffèrent sur plusieurs points, les trois candidats s'entendent toutefois sur un fait : Mascouche doit se relever et rétablir sa réputation.

Ce débat a bien failli ne pas avoir lieu. Le candidat Guillaume Tremblay disait avant la campagne qu'il ne voulait pas participer à un débat, mais plutôt à une « tribune » où chaque candidat aurait pu présenter ses idées à tour de rôle.

Il a par la suite accepté l'idée d'un débat, mais refusait de participer à celui qu'organisait la Chambre de commerce, dans une formule avec souper, parce que l'on exigeait des frais d'entrée de 35 $. En fin de compte, les trois candidats ont déboursé chacun 400 $ afin d'offrir un débat gratuit à la population, sans souper.

D'après un reportage de Vincent Champagne

PLUS:rc