Vieillissement: un chercheur américain mesure le véritable âge de nos cellules

Publication: Mis à jour:
VIEILLISSEMENT
Getty

Tic tac, nous avons une horloge biologique interne qui permet de mesurer l'âge de nos organes et tissus. À ne pas confondre avec l'horloge biologique qui rythme par exemple nos cycles de sommeil, celle-ci repose sur la génétique. On doit sa découverte au chercheur américain Steve Horvath dont l'étude a été publiée le 21 octobre dans la revue Genome Biology. Une trouvaille qui devrait permettre de mieux comprendre le processus de vieillissement de certaines cellules dont les cancéreuses.

À l'origine de cette avancée, un mécanisme biologique: la méthylation.

Parce qu'il joue un rôle dans certains processus cellulaires tels que la réparation de défauts (mésappariements) dans l'ADN, il est programmé par nos cellules et conditionne l'expression des gènes. Or les niveaux de méthylation dans les tissus humaines évoluent pendant toute une vie.

En les analysant, a pensé Horvath, on devrait donc pouvoir mesurer l'âge des cellules.

Le véritable âge des cellules

Professeur de génétique et de biostatistique à l'Université de Californie, à Los Angeles, il s'est concentré sur les effets de 351 marqueurs d'ADN. Pour cela, il a examiné 8000 échantillons d'ADN composés de 51 types de cellules et tissus (du cerveau, des reins ou du fois) sains, ainsi que 6000 échantillons de cellules cancéreuses.

Ce qu'il a remarqué en comparant ces cellules? En fonction des processus en oeuvre, la méthylation varie. C'est pourquoi il s'est focalisé sur ces 351 marqueurs qui permettent, en les mesurant, de déterminer l'âge biologique des cellules, et pas leur âge réel.

À cet égard, les cellules cancéreuses semblent être âgées de près de 36 années de plus que des cellules normales. À l'inverse, des cellules souches faisaient figure de cellules de nouveaux nés. Horvath a par ailleurs pu voir que la méthylation augmentait de 2 à 3 ans l'âge des tissus mammaires, par rapport aux tissus du reste du corps de cette même femme.

Et si on pouvait remettre cette horloge à zéro?

"Le vieillissement est un problème de santé majeur, et il est intéressant de noter qu'il n'y a pas vraiment de façons objectives de le mesurer à part la vérification de la date de naissance", explique Darryl Shibata, un pathologiste de l'université de Californie Sud.

Si la compréhension du vieillissement des cellules cancéreuses serait un énorme pas pour la science, un autre enjeu de cette horloge intrigue. Cette découverte pourrait-elle ouvrir la voie à des traitements de ralentissement du viellissement?

Dans Genome Biology, Horvath explique en tout cas qu'une remise à zéro serait possible via des cellules souches. Mais en attendant la jeunesse éternelle, cette horloge biologique va peut-être être d'une aide précieuse dans la compréhension des maladies, et va permettre de comprendre si le vieillissement est la cause ou la conséquence de celles-ci. Tic tac.

EN VIDÉO:

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.