NOUVELLES

Le SCFP poursuit la Ville de Québec et Régis Labeaume

21/10/2013 06:38 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST
PC

QUÉBEC - Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) met ses menaces à exécution en annonçant lundi qu'une poursuite sera signifiée par huissier à la Ville de Québec et à son maire, Régis Labeaume, pour ingérence dans les affaires syndicales et pour négociation de mauvaise foi.

Cette poursuite, basée sur des articles du Code du travail du Québec, sera transmise à la Commission des relations du travail du Québec (CRT).

Vendredi, le Syndicat des cols bleus et le SCFP ont mis en demeure le maire Labeaume de retirer les propos qu'il avait tenus à leur endroit. Or, peu après, le maire a affirmé que les mots avaient été choisis et pesés.

La partie syndicate affirme que des employés cols bleus essuient régulièrement les remontrances, les insultes et les sarcasmes de citoyens. Pour elle, il est clair que les déclarations incendiaires de Régis Labeaume y sont pour quelque chose.

Dans le passé, le maire a notamment lancé qu'il n'était pas exagéré de conclure que le Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec n'avait ni sensibilité ni empathie pour la capacité de payer de ses concitoyens. Il a également accusé cette organisation de nombrilisme corporatif et lui a reproché de n'avoir aucun souci du bien commun et de l'équité en société.

La mise en demeure du SCFP et des cols bleus de vendredi demandait au maire de se rétracter et de cesser de profaner la réputation des cols bleus et de leurs syndicats. M.Labeaume a aussi été accusé d'avoir tenus des propos mensongers et diffamatoires pour des fins électorales.

Les quelque 1100 cols bleus de Québec sont sans convention collective depuis le 31 décembre 2010.

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants