NOUVELLES

Environnement : Véronique Lalande interpelle les candidats à la mairie

21/10/2013 02:58 EDT | Actualisé 20/12/2013 05:12 EST

La citoyenne de Limoilou qui a sonné l'alarme l'année dernière sur la présence de poussière rouge et de poussière de nickel dans l'air de son quartier déplore que le thème de l'environnement ne soit pas abordé par les candidats à la mairie au cours de la présente campagne électorale.

Véronique Lalande a d'ailleurs lancé lundi matin une flèche à l'endroit de Régis Labeaume.

Elle déplore que le dossier ne fasse pas partie des priorités du maire sortant. Elle a tenu à lui rappeler qu'une partie de la population de Québec subit quotidiennement les inconvénients de la pollution à la poussière rouge et de nickel dans Limoilou.

Véronique Lalande se questionne au sujet de l'attitude du maire sortant dans ce dossier.

« Le payeur de taxes qui est si cher au coeur du maire sortant Régis Labeaume, c'est moi. C'est moi qui ai choisi de vivre dans sa ville, de m'y installer [...] et je ne comprends pas que ce maire-là, qui pourtant se mêle de plein d'autres dossiers, va aller jusqu'à Lac-Mégantic offrir son appui à la population, ne soit pas là pour nous entendre, nous écouter plus que ça », affirme-t-elle.

Rappelons que des analyses menées par le ministère de l'Environnement ont confirmé que la poussière de nickel retrouvée en concentration élevée à Limoilou depuis 2010 provient des activités de transbordement de l'entreprise Arrimage du Saint-Laurent, située au port de Québec.

Véronique Lalande, qui fait partie du groupe Initiative citoyenne de vigilance du port de Québec, n'entend pas baisser les bras et promet de talonner les autorités au cours de la prochaine année.

« On va lever le ton un peu plus [...] On trouve qu'il y a aussi des acteurs qui ont été peu interpellés, entre autres, les deux grandes minières au port de Québec », dit-elle.

Thomas Mulcair critique Ottawa

Pour sa part, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, qui était de passage à Québec lundi, a dit s'étonner que les inspecteurs du ministère québécois de l'Environnement aient parfois de la difficulté à avoir accès aux installations portuaires de certaines compagnies qui occupent une zone sous l'autorité du gouvernement fédéral.

Le chef du NPD reproche au gouvernement Harper de mettre la santé du public en danger.

Thomas Mulcair s'indigne également du fait que l'Administration portuaire et certaines des entreprises qui s'y trouvent contestent la compétence du ministère québécois de l'Environnement sur les terrains fédéraux.

« C'est scandaleux quand même que Stephen Harper et son gouvernement soient en train de compromettre la santé du public en prétextant que la juridiction s'arrête au port », a-t-il lancé.

« Malheureusement, la poussière ne s'arrête pas au port. Ça se répand sur le voisinage. Alors on est en droit de demander à M. Harper de faire preuve d'un peu plus de compréhension », a ajouté Thomas Mulcair.

PLUS:rc