NOUVELLES

Des donateurs non-résidents de Montréal pour Mélanie Joly

21/10/2013 02:44 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST
Agence QMI

Dernière des quatre principaux candidats à la mairie de Montréal à publier la liste des donateurs de son parti, Mélanie Joly est confrontée à un nouveau problème, puisque certains de ces donateurs ont un code postal indiquant qu'ils habitent à l'extérieur de Montréal.

La liste des électeurs ayant fait un don de 100 $ ou plus au Vrai Changement pour Montréal, publiée vendredi, ne contenait pas les codes postaux prouvant que ceux-ci ont bel et bien le droit de vote aux élections municipales dans la métropole. Une situation qu'avait dénoncée le chef de Coalition Montréal, Marcel Côté.

« Pourquoi a-t-elle choisi de ne pas écrire le code postal? Je suis certain qu'elle va avoir une excuse. En politique, les gens ont toujours des excuses [...] Mais nous attendons qu'elle publie les codes postaux avant de commenter », a déclaré M. Côté.

Les dons de non-résidents ne sont pas nécessairement illégaux. Une personne qui demeure à Montréal et possède un chalet dans une autre municipalité, par exemple, pourrait voter aux deux endroits. Elle aurait le droit de faire un don à un parti montréalais en indiquant le code postal d'une autre ville, en autant qu'elle prouve qu'elle a bel et bien le droit de vote à Montréal.

La publication d'une nouvelle liste par le Vrai Changement pour Montréal, lundi matin, montre que certains donateurs résident à Ottawa, à L'Île-Perrot ou encore à Mont-Royal. Le porte-parole du Groupe Mélanie Joly, Frédéric Lepage, a indiqué que la validation était faite après la perception du don.

« Le critère pour verser un don à une entité politique, c'est d'être inscrit sur la liste électorale. Quand ce n'est pas le cas, le don est simplement remboursé », a expliqué M. Lepage.

Plus de 200 personnes ont contribué au Vrai Changement pour Montréal, pour un total de 72 000 $.

D'après le reportage de René St-Louis, avec des informations de François Cormier

INOLTRE SU HUFFPOST

Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne