NOUVELLES

Régis Labeaume en campagne contre les syndicats

19/10/2013 09:58 EDT | Actualisé 19/12/2013 05:12 EST
PC

Fort de sa popularité, le maire sortant de Québec, Régis Labeaume, a choisi la confrontation avec les syndicats de la Ville parmi ses thèmes de campagne pour sa réélection, promettant même une « révolution ». 

Un reportage de Ginette Lamarche à Désautels le dimanche

On entend souvent dire à Québec que « le maire Labeaume » est près des gens, qu'il a à cœur les intérêts des citoyens et surtout, qu'il a mis la ville de Québec sur la « map ». Et pourtant Régis Labeaume était plutôt méconnu lorsqu'il a remplacé la mairesse Andrée Boucher, décédé en 2007.

Estimant pouvoir l'emporter au scrutin du 3 novembre prochain, il a entrepris une véritable croisade contre les syndicats. À mon micro, il a dit souhaiter une petite révolution, non seulement pour la capitale, mais aussi pour tout le Québec.

Les syndicats se voient comme les boucs émissaires

C'est le syndicat canadien de la fonction publique , affilié à la FTQ, qui représente les 1100 cols bleus de la capitale. Les employés municipaux sont la cible de Régis Labeaume. Ces derniers estiment que le maire veut arriver à ses fins par la confrontation, au lieu de s'asseoir à la table de négociation. Le conseiller syndical Eddy Jomphe, un vieux routier des négociations, dit que les cols bleus sont les boucs émissaires de Régis Labeaume.

Régis Labeaume doit passer par l'Assemblée nationale

Pour réussir son programme, Régis Labeaume a besoin de convaincre les élus de l'Assemblée nationale de la nécessité de changer le code du travail. Un pari qui est loin d'être gagné, soutient l'auteur du Petit Labeaume illustré et journaliste au Soleil, Jean-Simon Gagné : « Le maire Labeaume par rapport au gouvernement du Québec a souvent l'attitude d'un enfant gâté ».

Selon Raynald Harvey, de la firme de sondage Segma, si Régis Labeaume obtient une victoire à la hauteur de celle de 2009, les élus de l'Assemblée nationale devront en tenir compte. « Un maire beaucoup plus faible, beaucoup plus controversé, ne survivrait probablement pas à un bras de fer avec les syndicats », soutient-il.

À Québec, on ne se demande pas si Régis Labeaume va l'emporter, le 3 novembre prochain, mais quel score va-t-il atteindre cette fois-ci. En 2009, il a été réélu avec 79,9 % des voix.

En vue de l'émission de cette semaine à Désautels le dimanche, à 10 h, nous vous posons la question : approuvez-vous ou non la croisade de Régis Labeaume contre les syndicats? Dites-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants