NOUVELLES

Le PIB chinois accélère, mais l'avenir reste incertain

18/10/2013 06:47 EDT | Actualisé 18/12/2013 05:12 EST

La croissance de l'économie chinoise a accéléré au troisième trimestre, à son rythme le plus rapide cette année, sous l'effet d'une hausse de la production industrielle et des ventes au détail, tirées par la demande interne et externe, mais l'avenir s'annonce moins radieux.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) s'est élevée à 7,8 % en rythme annuel entre juillet et septembre, selon les chiffres publiés vendredi par le Bureau national des statistiques, après 7,5 % au deuxième trimestre 2013.

Ce taux, conforme au consensus des analystes interrogés par Reuters, devrait permettre au gouvernement de tenir son objectif de croissance de 7,5 % cette année, performance qui resterait néanmoins la plus faible pour la Chine depuis 23 ans.

Sur les neuf premiers mois de l'année, la croissance s'élève à 7,7 % par rapport à l'année précédente, a indiqué le Bureau national des statistiques.

L'optimisme n'est cependant pas de rigueur pour les mois à venir, en raison d'une demande mondiale toujours instable, comme l'a montré la baisse-surprise des exportations chinoises le mois dernier.

Le Bureau national des statistiques a lui-même pointé du doigt vendredi des « signes de ralentissement de la croissance en septembre » et reconnu que « le contexte international et national demeure incertain ».

Selon les analystes, les efforts de restructuration de l'économie chinoise risquent ainsi de peser sur la croissance pendant les prochains trimestres.

« Les chiffres du PIB sont conformes aux attentes des marchés, mais il y a des doutes sur le caractère pérenne de cette reprise », note Shen Jianguang, chef économiste chez Mizuho Securities à Hong Kong.

« Nous pensons que le rebond du troisième trimestre est avant tout dû à la bonne dynamique du marché de l'immobilier. »

Ralentissement attendu au quatrième trimestre

La plupart des analystes s'attendent à ce que la croissance de l'économie chinoise enregistre un nouveau ralentissement dès le quatrième trimestre.

« Les données de septembre confirment la tendance à une stabilisation de la croissance à moyen terme », jugent les économistes Jian Chang et Joey Chew dans une note de Barclays diffusée avant la publication du PIB. « Nous prévoyons un ralentissement au quatrième trimestre. »

Les analystes s'attendent à un resserrement du crédit dans les prochains mois, Pékin continuant à donner la priorité aux réformes.

« Le pic de croissance est derrière nous », a commenté Ting Lu, économiste de Bank of America-Merrill Lynch. « Nous pensons que la Banque populaire de Chine va légèrement modifier sa ligne monétaire par rapport à une expansion modeste au troisième trimestre vers une ligne de neutralité. »

Après trois décennies de croissance à deux chiffres alimentée par les exportations, Pékin s'est engagé dans une restructuration de son économie pour favoriser la consommation interne.

Le gouvernement répète régulièrement qu'il est prêt à accepter une croissance ralentie si c'est le prix à payer pour un rééquilibrage de l'économie au profit de la demande intérieure, au détriment de l'investissement, du crédit et des exportations.

Pékin a assoupli ses politiques à la marge ces derniers mois en accélérant l'investissement dans les infrastructures, en soutenant les dépenses de construction résidentielle et en réduisant la pression fiscale sur les petites entreprises.

Cette politique a porté ses fruits, puisque la production industrielle a augmenté de 10,2 % au troisième trimestre, alors que les analystes anticipaient 10,1 %, tandis que les ventes au détail ont bondi de 13,3 % (consensus 13,5 %).

Quant à l'investissement en actifs fixes, il affiche une progression de 20,2 % sur les neuf premiers mois de l'année (20,3 % attendu), un rythme pratiquement inchangé par rapport à janvier-août.

Reuters

PLUS:rc