NOUVELLES

Les sénateurs Duffy, Wallin et Brazeau sur le point d'être suspendus sans salaire

17/10/2013 01:55 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

Les sénateurs Mike Duffy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau, qui sont au centre d'un scandale concernant des dépenses indûment réclamées, seraient sur le point d'être suspendus sans salaire du Sénat « pour grossière négligence dans la gestion des ressources de leur bureau ».

Trois motions ont été déposées à cet effet par le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan. Elles doivent encore être adoptées, mais les conservateurs détiennent la majorité à la Chambre haute.

Peu avant, Mike Duffy a annoncé, dans une lettre transmise au président du Sénat, qu'il prenait congé en raison de problèmes de santé. Cela ne pourra pas empêcher sa suspension sans salaire, a indiqué M. Carignan, puisque sa situation médicale n'a aucun lien avec les faits qui lui sont reprochés. 

Le sénateur Patrick Brazeau, qui est aussi accusé d'agression sexuelle, avait déjà été suspendu du Sénat plus tôt cette année, mais avec salaire. 

Mike Duffy, Patrick Brazeau et Pamela Wallin ont été éclaboussés par un scandale d'allocations d'hébergement ou de déplacement indûment réclamées. Ils font tous font l'objet d'une enquête de la GRC.

Les confessions de Mme Wallin 

La sénatrice de la Saskatchewan Pamela Wallin s'est excusée  quant aux dépenses qu'elle a indûment réclamées et pour lesquelles elle a dû démissionner du caucus conservateur. Elle a concédé qu'elle aurait dû réviser ses allocations de dépenses plus attentivement, mais a souligné que le service des finances du Sénat n'a jamais sonné l'alarme à ce sujet.

L'ex-journaliste et animatrice à CBC et CTV a accepté de rembourser les quelque 140 000 $ qui lui ont été réclamés, après les vérifications de la firme Deloitte, mandatée par le Sénat. Elle juge toutefois que le processus était « injuste », notamment parce que de nouvelles règles ont été appliquées de manière rétroactive.

Le cas Duffy

Pour sa part, le sénateur Duffy a dû quitter le caucus conservateur le 17 mai dernier en raison de toute la controverse entourant ses dépenses. Les médias ont révélé que l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, a versé secrètement 90 000 $ au sénateur Duffy pour qu'il rembourse ses allocations de logement réclamées illégalement dans le cadre de ses fonctions de sénateur.

Tout récemment, le nom de M. Duffy est revenu dans une autre affaire. Le sénateur aurait embauché un ami pour de faux contrats de service d'une valeur de 65 000 $, selon la Gendarmerie royale du Canada.

Entre 2009 et 2012, M. Duffy a sollicité les services de Gerald Donahue, un ancien collègue du milieu de la télévision, pour des contrats de rédaction, de veille médiatique et de consultation, selon des documents du Sénat obtenus par la police. Cependant, M. Donahue a déclaré à la police qu'il n'a effectué aucun travail concret pour le sénateur. Il a reconnu n'avoir jamais produit de documents de travail ni de rapports écrits.

Les multiples controverses de Brazeau

Le Sénat ampute déjà une partie du salaire de Patrick Brazeau, depuis juillet, puisque le sénateur n'a pas remboursé à temps les 49 000 $ qui lui étaient réclamés. M. Brazeau a demandé des allocations de logement sans y avoir droit. 

M. Brazeau est également accusé de voies de fait et d'agression sexuelle. Les procédures ne cessent toutefois d'être retardées. La cause a été reportée pour une troisième fois la semaine dernière, après que le sénateur eut été traité d'urgence pour détresse psychologique à l'hôpital de Gatineau. Les avocats devraient décider de la date du début du procès le 14 février 2014. 

PLUS:rc