NOUVELLES

Le NPD ramène le Sénat sur le tapis des Communes

17/10/2013 01:20 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

L'opposition aux Communes cherche à tout prix à ce que le scandale du Sénat ne soit pas enseveli sous l'avalanche des 8000 mots du discours du Trône de la veille.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a déposé jeudi une question de privilège au président de la Chambre, lui demandant si Stephen Harper s'est parjuré en affirmant que seul son ex-chef de cabinet Nigel Wright connaissait l'existence du chèque personnel de 90 000 $ qu'il avait signé au sénateur Mike Duffy.

Il a été par la suite révélé dans une lettre émanant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) que trois autres employés haut placés au bureau du premier ministre savaient que M. Wright avait ainsi aidé le sénateur à rembourser les allocations de logement auxquelles il n'avait pas droit. Selon le député néo-démocrate Charlie Angus, soit le premier ministre a trompé la Chambre, soit il s'est fait leurrer par ses employés. Mais dans l'un ou l'autre des cas, c'est la démocratie qui a payé, a-t-il soutenu.

Or, Stephen Harper n'aura pas à se défendre avant la semaine prochaine, puisqu'il s'envole pour deux jours pour Bruxelles. Après la pause imposée par la prorogation du gouvernement conservateur, les travaux des Communes reprennent donc jeudi, en l'absence du premier ministre.

La Presse Canadienne

PLUS:rc