NOUVELLES

L'Ontario aura-t-il son propre régime de retraite, comme le Québec?

16/10/2013 08:31 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

Le ministre ontarien des Finances, Charles Sousa, n'a pas voulu commenter directement, mercredi, la possibilité que son gouvernement fasse cavalier seul et forme son propre régime de retraite pour supplémenter celui du fédéral, face au refus d'Ottawa de bonifier le Régime de pensions du Canada.

L'objectif serait d'aider les Ontariens à garnir leur bas de laine en prévision de la retraite.

Ce n'est pas clair pour l'instant quels seraient les coûts administratifs du nouveau programme, s'il serait optionnel ou obligatoire et à combien se chiffreraient les cotisations et les prestations.

Selon plusieurs médias, le ministre ontarien des Finances, Charles Sousa, pourrait donner plus de détails lors de son énoncé économique à l'automne. Toutefois, son bureau s'est contenté d'indiquer, mercredi, que « le ministre Sousa rencontrera ses homologues provinciaux en novembre pour discuter de l'urgence d'assurer une stabilité de revenu de retraite. L'Ontario a et continuera d'avoir un rôle de leadership dans les discussions entourant une bonification du régime fédéral de pensions ».  

L'Ontario et plusieurs autres provinces ont enjoint, en vain, dans le passé le fédéral à accroître les cotisations obligatoires au régime national et à inclure les travailleurs autonomes notamment afin que tous les Canadiens jouissent de prestations suffisantes à la retraite.

Le Québec a déjà son propre régime de pensions.

Intention réelle?

Selon certains analystes, le plan ontarien de créer lui aussi son propre régime, une proposition coulée dans les médias mercredi, pourrait être en fait une façon détournée de forcer la main d'Ottawa dans le dossier. Ces observateurs pensent que la province n'a pas véritablement l'intention de faire cavalier seul.

D'autres commentateurs laissent entendre que cette suggestion populiste pourrait aider les libéraux provinciaux, qui sont minoritaires à l'Assemblée législative, à se faire réélire, alors que des rumeurs d'élections planent pour l'automne ou le printemps en Ontario.

PLUS:rc