DIVERTISSEMENT

«En love majeur», de France D'Amour: d'amour et de musique

16/10/2013 09:01 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST
Sylvain Blais

Avec son nouvel album, En love majeur, France D'Amour nous parle d'amour. De l'amour qu'elle éprouve pour la musique, de celui qu'elle entretient envers ses amis, mais aussi, et surtout, de celui qui fait battre son cœur pour l'humoriste Julien Tremblay depuis un peu plus d'un an. L'auteure-compositrice-interprète a façonné son 10e opus en carrière dans l'état de grâce que génèrent les premiers émois d'une flamme amoureuse naissante, et le sentiment de plénitude s'entend parfaitement sur ce disque joyeux, disponible en magasin depuis quelques jours.

«Je n'ai jamais voulu écrire des chansons d'amour simplement parce que ça pogne, je voulais que ça soit sincère, explique France. Ce n'est pas la première fois que je tombe en amour dans ma vie, mais c'est la première fois que le timing d'écrire des chansons et de tomber amoureuse arrivait en même temps. J'ai pu transmettre directement ce que je ressentais sur l'album.»

«Ça ne m'était pas arrivé souvent sur mes disques précédents, poursuit la chanteuse. Plus jeune, j'aurais eu de la difficulté à mettre mes sentiments en mots. Avec les années, j'ai appris à m'exprimer d'une façon plus précise et imagée. Moi, j'ai étudié en musique, et non en poésie. Ma première langue, c'est la musique. L'euphorie amoureuse, jusqu'ici, je pouvais la transmettre par mes mélodies, mais les mots, c'était de l'orfèvrerie, de la broderie pour moi. Ce sont les années qui font que j'arrive à mieux m'exprimer.»

Des amis précieux

À travers les Je me sens bien, À travers tes yeux, Puzzle, On est fait! et autres J'veux rentrer chez nous dédiées à son homme, France D'Amour a aussi glissé Les 4 doigts de la main, une ode à l'amitié dont les paroles en disent long sur l'importance que cette valeur revêt à ses yeux.

«Avant de connaître Julien, j'ai été célibataire pendant un bon bout de temps, raconte-t-elle. Mes amis ont toujours été très importants pour moi, mais ils le sont devenus encore plus pendant ma période de célibat. Mes amis musiciens, mes amies de filles... À partir de ce moment, j'ai su que je n'allais jamais les négliger. J'ai décidé qu'ils auraient autant de place que n'importe quoi d'autre dans mon horaire. Je me l'impose. Les amours passent, le travail aussi, mais les amis vont rester, et c'est important.»

Autre belle surprise, qui vient celle-là couronner En love majeur, une reprise de Smile, de Charlie Chaplin. Un air sur lequel France s'aventure parfois en spectacle et que ses admirateurs lui réclamaient de graver.

«Je ne la joue pas toujours systématiquement dans mes shows, mais quand je la fais, immanquablement, les gens veulent l'avoir. La demande était là, et je me sentais presque mal de ne pas l'inclure sur un album. Alors, j'ai pris ma guitare et je l'ai jouée exactement comme en spectacle.»

Du noir et blanc à la couleur

En love majeur marque une étape importante dans le parcours de France D'Amour. Sans affirmer qu'il s'agit là de «l'album de la maturité» ou autre lieu commun, l'artiste reconnaît que sa conception a été l'occasion pour elle de tracer un bilan.

«Il y a quelque chose de significatif et de symbolique là-dedans, remarque-t-elle. Après tout, c'est un 10e album de musique originale, puisque je n'ai pas d'album de Noël ni d'album live... (rires)»

«Quand j'ai commencé, je voulais prouver aux musiciens que j'étais une vraie musicienne, que j'étais là pour les bonnes raisons, ajoute-t-elle. Maintenant, je suis plus calme par rapport à ça. J'ai gagné le respect et l'acceptation des musiciens. On me dit parfois que j'ai toujours su garder ma propre signature. Pour ce 10e album, je voulais que chaque pièce ait un sens et soit réfléchie. Chaque mot a été pensé. Je ne suis pas gênée de le présenter, et j'ai l'impression qu'il me fera avancer.»

Au fil des ans, France a exploré une multitude de genres musicaux et ne s'est jamais cantonnée à un seul en particulier. Du rock pur et dur à ses débuts, en 1992, la rouquine a emprunté un virage plus folk vers la fin des années 1990 et a touché au jazz, en 2011, avec Bubble Bath & Champagne. Sur En love majeur, elle s'éclate dans à peu près tous les styles.

«Je suis une musicienne en constante évolution, qui apprend, qui évolue, précise-t-elle. Il y a 21 ans, je ne savais pas ce que je sais maintenant. La musique rock en est une d'énergie, tandis que le jazz demande un raffinement, une dextérité, une maturité que je n'avais pas au début. Maintenant, quand je reviens dans la pop, je suis un peu plus libre, je peux aller où je veux, écrire sans limites et sans barrières.»

«C'est la raison pour laquelle j'ai choisi de faire ce métier. Ma vie était en noir et blanc quand j'étais petite, et la journée où j'ai découvert la musique, c'est devenu en couleurs. Tout un horizon s'est ouvert à moi. Et mon terrain de jeu s'agrandit à chaque album. J'ai de plus en plus de manèges dans mon parc d'attractions, et j'en profite pleinement... »

France D'Amour présentera le matériel d'En love majeur sur scène à compter de mars 2014. Toutes les dates de la tournée sont disponibles sur sa page Facebook ou au www.francedamour.ca.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.