POLITIQUE

Une voix discordante au sujet de l'aide médicale à mourir

15/10/2013 09:49 EDT | Actualisé 15/12/2013 05:12 EST
Getty

La Coalition des médecins pour la justice sociale s'élève contre le projet de loi 52 du gouvernement du Québec qui souhaite baliser « l'aide médicale à mourir ». Ces médecins dénoncent le projet de loi en l'assimilant à un acte d'euthanasie, donc relevant du Code criminel, un domaine de compétence fédérale.

La Coalition prévient que « les médecins euthanatistes risquent d'être poursuivis au criminel » et que le gouvernement du Québec risque de se retrouver en Cour suprême du Canada pour défendre son éventuelle loi. Médecin de famille et coprésident de la coalition, Paul Saba affirme avoir l'appui des 9 millions de médecins membres de l'Association médicale mondiale qui dénonce l'euthanasie.

Le Dr Saba estime que le projet de loi 52 pourrait « encourager les jeunes personnes avec des maladies physiques tels que le cancer ou psychique telle que la dépression, à abandonner leurs traitements qui pourraient sauver leur vie ».

La Coalition s'appuie également sur le témoignage d'un médecin belge, qui parle de l'expérience dans son pays. George Casteur dénonce les « conséquences désastreuses de la pente glissante législative » empruntée par son pays qui, selon lui, ouvre la porte à l'euthanasie sur demande « aux personnes souffrant de problèmes de santé réversibles comme la dépression ou fatigue de la vie ».

Les médecins pour la justice sociale entendent également s'inviter à la Cour suprême du Canada si la cause de Gloria Taylor, une Britanno-Colombienne qui a lutté pour le droit au suicide assisté, atteint le plus haut tribunal du pays.

La question du suicide assisté connaît un regain d'intérêt au pays, alors que le Québec étudie un projet de loi visant à encadrer l'aide médicale à mourir et que les tribunaux de Colombie-Britannique se renvoie la balle sur la question. De plus, la mort d'un éminent médecin ontarien a remis la question en avant récemment. Donald Low, 68 ans, atteint d'une tumeur au cerveau, avait lancé un appel émouvant pour l'euthanasie, dans une vidéo tournée avant sa mort.

Au Québec, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et le Collège des médecins du Québec se sont prononcés en faveur du projet de loi 52. Le Collège des médecins avait même estimé que le projet de loi n'allait pas assez loin en privant les gens incapables d'exprimer leur consentement de l'aide médicale à mourir.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois