NOUVELLES

Un gouverneur afghan tué à la mosquée

15/10/2013 11:10 EDT | Actualisé 15/12/2013 05:12 EST

Le gouverneur de la province afghane de Logar, Arsallah Jamal, a été tué par l'explosion d'une bombe dissimulée dans le micro d'une mosquée de la capitale provinciale Puli Alam. « La bombe a éclaté au moment où le gouverneur prononçait un discours », a déclaré son porte-parole, Din Mohammad Darwish, en précisant qu'une autre personne avait été tuée.

M. Jamal aurait passé une partie de sa vie au Canada, selon l'agence de presse Reuters et le New York Times, où sa femme et ses deux enfants vivraient toujours.

La déflagration, qui aurait été déclenchée à l'aide d'un détonateur, a blessé au moins 15 autres personnes, dont 5 grièvement.

Le gouverneur Jamal est décrit comme un proche du président afghan Hamid Karzaï. Il avait été le directeur de campagne de M. Karzaï lors de l'élection présidentielle de 2009. M. Jamal avait occupé la fonction de gouverneur de la province de Khost, dans l'est du pays, avant d'être nommé à la tête de la province de Logar, en avril dernier.

L'attentat n'a toujours pas été revendiqué.

La province du Logar, située au sud de Kaboul, est considérée comme stratégique en raison de sa proximité avec la capitale du pays et de la présence du siège social de l'une des mines parmi les plus riches d'Afghanistan.

Un groupe de partisans du développement économique de l'Afghanistan avance que le travail de M. Jamal pour l'ouverture d'une mine dans la province du Logar est la raison pour laquelle il a été tué. « Ces activités sont inacceptables pour les ennemis du pays et c'est pourquoi ils l'ont assassiné en ce premier jour de l'Aïd », a indiqué l'agence de gouvernance locale.

Un consortium chinois a investi 3 millions de dollars pour ouvrir la mine Aynak. Il s'agit du plus important investissement étranger au pays, mais les attaques des talibans sur le site de la mine ont empêché sa mise en service. Les investisseurs chinois songent maintenant à revoir leur entente d'exploitation de la mine qui devait amorcer ses activités cette année. Dans les circonstances, l'ouverture de la mine pourrait être retardée jusqu'en 2019.

Arsallah Jamal avait déjà échappé à au moins deux tentatives d'assassinat au cours des dernières années. Un de ses gardiens avait été tué au cours de l'un de ces attentats survenus en 2007.

L'assassinat de M. Jamal relance la question de la sécurité en Afghanistan pendant que les troupes étrangères s'apprêtent à quitter le pays à la fin de 2014.

PLUS:rc