NOUVELLES

L'Impact se complique la tâche en perdant 1-0 contre le Revolution

12/10/2013 04:47 EDT | Actualisé 12/12/2013 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Marco Schällibaum a perdu son pari, samedi, et 18 917 spectateurs en ont été témoins au stade Saputo.

Dans ses propos cette semaine, l'entraîneur-chef de l'Impact avait clairement reconnu que le match contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre serait la clé de voûte d'une éventuelle qualifications en séries. Dans les faits, il avait carrément demandé à ses joueurs d'être à la hauteur du défi qui se dressait devant eux.

En guise de réponse, le onze montréalais y est allé d'un effort relativement honnête, mais quand même plutôt désincarné, et ça s'est soldé par un revers de 1-0 contre le Revolution.

«Il ne sert à rien de dorer la pilule: en tant que groupe, nous n'avons pas répondu», a reconnu Davy Arnaud, qui a été utilisé comme défenseur latéral droit en l'absence de Hassoun Camara, suspendu pour accumulation de cartons jaunes, tandis que Maxim Tissot a remplacé Jeb Brovsky (fracture de l'orteil) à gauche.

«Je ne sais pas comment l'expliquer, a ajouté le capitaine de l'Impact. Chaque joueur devra y réfléchir de son côté et chercher à corriger ça.»

Il y aura pas mal de matière à réflexion à l'issue d'une sortie où l'Impact s'est contenté d'une patiente construction du jeu qui se terminait plus souvent qu'autrement par des passes mal dosées dans le tiers offensif, et qui n'a donné que des occasions de but plutôt timides — et espacées surtout —, mis à part celles de Marco Di Vaio et Justin Mapp en fin de première demie.

«Nous n'avons pas réagi comme si c'était un match crucial, mais comme si c'était un match disputé en juin ou juillet», a affirmé Troy Perkins, qui a vu un ballon bondissant sur un centre lui filer sous les mains sur la séquence qui a mené au seul but du match, celui de Jose Gonçalves, à la 23e minute de jeu. «Nous n'avons pas affiché de passion ou d'énergie alors que nous avons affronté une équipe qui, elle, en avait.

«Nous ne méritions pas de remporter ce match-là», a ajouté le gardien de l'Impact, en laissant entendre que l'approche préconisée par ses coéquipiers est impardonnable. «Mentalement, tu as toujours cette capacité de décider que tu vas tout donner, peu importe comment tu te sens. Il faut se présenter dans ce genre de match.»

«(Les joueurs) voulaient, mais ils ne pouvaient pas, je crois, a avancé Schällibaum. Parfois, ça se passe plus dans la tête qu'au niveau des jambes, et je crois que ç'a été le cas aujourd'hui. Nous voulons cette pression parce que ça fait partie de notre boulot, mais en même temps ce n'est pas toujours facile à gérer.»

La défaite, une troisième de suite à domicile, fait en sorte que l'Impact a perdu une occasion de rattraper le Dynamo de Houston au troisième rang dans l'Association Est. De plus, la place en séries qui semblait quasi assurée il y a un mois semble maintenant très précaire, alors qu'on se retrouve avec une plus grande congestion que jamais au niveau des quatrième et cinquième places, les deux dernières donnant accès aux séries.

«Ce n'est pas fini, mais il faut se tourner de bord très vite», a lancé Patrice Bernier, tandis que Perkins déclarait qu'il n'y avait pas lieu de paniquer mais que «ça s'en vient».

Perkins faisait allusion au Revolution qui s'est hissé à un point du onze montréalais, mais surtout au fait que l'Impact a été rejoint au quatrième rang par l'Union de Philadelphie et le Fire de Chicago en soirée samedi. L'Union aurait même pu devancer l'Impact, mais il s'est contenté d'un verdict nul de 1-1 contre le D.C. United, alors que le Fire a défait le FC Dallas 3-2. La formation montréalaise a toutefois l'avantage au classement puisqu'il a un match de plus à disputer que ses deux plus proches poursuivants d'ici la fin de la saison.

L'Impact disputera deux de ses trois derniers matchs du calendrier régulier à l'étranger. Le onze montréalais rendra visite au Galaxy de Los Angeles, mercredi, avant de recevoir l'Union samedi prochain au stade Saputo. Restera ensuite un duel à Toronto, samedi le 16 octobre.

«On arrive dans une situation où on a vraiment le dos au mur, a souligné Bernier. Il faut y aller avec les gars qui ont le plus de fraîcheur et de volonté.»

«Il faut se relever et y croire à nouveau», a lancé Schällibaum.

Matteo Ferrari et Arnaud, qui ont tous deux reçu un avertissement pendant le match, seront suspendus pour la rencontre à Los Angeles en raison d'une accumulation de cartons jaunes.

Le Revolution a par ailleurs perdu les services de l'attaquant Saër Sène à la 19e minute quand celui-ci s'est luxé la cheville gauche en plus de subir une fracture du péroné gauche. Ses pieds se sont retrouvés pris entre les jambes d'Arnaud en zone de réparation montréalaise, lors d'une lutte pour la possession du ballon.

INOLTRE SU HUFFPOST

Marco Di Vaio avec l'Impact