NOUVELLES

Koweït: Les demandeurs de visas soumis à un test d'homosexualité?

11/10/2013 06:23 EDT | Actualisé 11/12/2013 05:12 EST
Steven Damron

Le débat est ouvert concernant la volonté d'interdire aux homosexuels et aux transgenres de séjourner au Koweït mais aussi dans les pays du Golfe, selon les déclarations du directeur du département de la Santé publique, Dr. Youssef Mendakar, rapportées par le quotidien koweïtien Al Rai.

Examen clinique

Une proposition d'examen clinique pour les demandeurs de visas pourrait trouver un écho légal selon les députés koweïtiens qui la jugent "légitime" et ce dans le but d'interdire par la loi aux homosexuels d'entrer sur le territoire.

Pour le député Hussein Qouïan, le fait de vouloir empêcher l'entrée du "troisième sexe" est un effort à saluer dans le sens où cela pourrait participer à éliminer ces "phénomènes étrangers à notre société", précisant que "toute personne qui n'est pas en bonne santé doit être refoulée dans le but de préserver la communauté et ses piliers".

Toujours dans une déclaration au quotidien Al Rai, le député n'a pas écarté la possibilité de soumettre cette proposition à la commission parlementaire chargée de la santé.

Pour Saoud Hriji, un autre représentant koweïtien, cet "examen clinique" mis en place pour détecter les homosexuels est compatible avec la "chariâa et les traditions". M. Hriji a ajouté que cette proposition correspond également à "une revendication populaire" qui concerne tous les visiteurs, y compris les travailleurs à domicile étrangers, pour préserver les enfants de ce phénomène contraire à la religion.

"Des comportements immoraux"

Al Rai rapporte ainsi plusieurs déclarations de représentants de ce pays du Golfe. Toujours dans le même sens, certains indiquent que le Koweït est un pays souverain et que tous les visiteurs doivent se plier à ses règles, ajoutant que cette procédure n'a aucun rapport avec les libertés individuelles mais concerne plutôt la morale et la culture.

"Cette catégorie (les homosexuels) regorge de maladies résultant de ses comportements immoraux", soutient le député Hamoud Al-Hamdan.

Comment comptent-ils détecter l'homosexualité des visiteurs? Le Docteur Mendakar ne le précise pas. Des scientifiques se sont bien penchés sur la question mais sans succès, rapportent nos confrères du HuffPost, mettant l'accent sur les problèmes éthiques que posent de telles recherches.

L'homosexualité illégale dans les pays arabes

homosexualite illegale

legende homosexuels

Si les droits des homosexuels sont reconnus dans de nombreux pays occidentaux, avec quelques 15 pays qui autorisent le mariage entre personnes du même sexe, les pays arabo-musulmans pénalisent les relations homosexuelles. En Tunisie, l'article 230 du Code pénal prévoit en ce sens une peine de trois ans de prison. Samir Dilou, ministre des Droits de l'Homme et de la Justice transitionnelle avait rejeté la possibilité d'abroger cet article, allant à l'encontre des recommandations adressées par le Conseil des droits de l'Homme de Genève.

Les homosexuels dans l'histoire

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.