Vous allez fêter vos 30 ans d'heureux mariage cette année? Ne vous lancez pas des fleurs, cette réussite est peut-être seulement génétique. D'après une étude publiée récemment dans la revue Emotion, nous aurions un gène qui pourrait prédire à quel point les émotions affectent nos relations.

Les chercheurs, de l'Université de Californie à Berkeley et de l'Université Northwestern (Chicago), et dirigés par Robert W. Levenson, ont découvert un lien entre une variante du gène 5-HTTLPR et l'accomplissement d'une relation. 150 personnes mariées depuis plus de 20 ans ont participé à cette étude.

Ces personnes étudiées sont divisées en deux groupes: celles qui possèdent des allèles 5-HTTLPR courts, et celles qui possèdent des allèles 5-HTTLPR longs.

- Allèles 5-HTTLPR courts (environ 17%): ces individus ont tendance à évaluer leur relation selon les rebondissements émotionnels de leur vie. C'est-à-à dire que dans des périodes où leur vie leur semble fantastique, leur couple est génial, et vice versa.
- Allèles 5-HTTLPR longs: la qualité de leur vie n'ébranle quasiment pas la façon dont ils perçoivent l'accomplissement dans leur vie de couple.

D'où peut être déduit que:

- Certaines relations seraient génétiquement conduites à la versatilité.
- Les autres seraient génétiquement inébranlables, ou du moins, rien d'extérieur à la relation ne peut venir se mettre en travers du couple.

Attention toutefois, cette étude ne montre en aucun cas qu'il existe une façon de prédire que deux personnes sont compatibles ou non. Elles ne démontrent pas non plus qu'il existe un gène qui est bon et l'autre mauvais. Seulement que pour certaines personnes, la stabilité du couple dépend de facteurs extérieurs, et pour d'autres non.

À VOIR AUSSI:

Loading Slideshow...
  • Des idées politiques similaires

    Vous pensez qu'il a conquis votre coeur avec son sens de l'humour ou son savoureux rôti de porc? La réalité est que vous êtes probablement avec lui grâce à vos croyances politiques. Une étude de l'Université Rice suggère qu'on a plus de chances de trouver des partenaires qui partagent nos allégeances politiques - en fait, les couples qui votent pour le même parti surclassent ceux qui partagent des traits de personnalité.

  • Les mensurations de la femme

    Ce n'est pas un secret que l'apparence joue un grand rôle dans le jeu de la séduction. Mais qui aurait cru que c'est la différence de mensurations entre les hanches et la taille qui fait toute la différence? Des chercheurs à l'Université du Texas ont trouvé que plus les femmes ont une taille fine comparativement aux hanches, plus les hommes les trouvent attirantes. Pourquoi la taille? Les chercheurs suggèrent qu'un ratio hanches-taille chez la femme est un signe qu'elle est en santé ou qu'elle possède de bonnes fonctions reproductrices. Le Dr. Grossman explique «que c'est inné, on ne peut que s'attarder à l'apparence d'une personne d'une façon subconsciente». Évidemment, un homme n'aborde pas une femme en lui disant qu'elle a un bon ratio hanches-taille. Mais cette différence agit dans l'inconscient de l'attirance physique!

  • L'altruisme

    Si vous êtes l'une de ces personnes qui s'intéressent au bien-être d'autrui, vous avez plus de chances de faire partie d'une relation saine et durable. Même s'il s'agit d'une évidence (les personnes altruistes ont tendance à être attentionnées envers leur partenaire), la ligne est mince entre le désintéressement et vouloir plaire à tout le monde. Il est important d'être capable de dire «non» pour éviter le surménage.

  • Un visage symétrique

    Est-ce que ce sont les yeux espacés de votre partenaire qui vous font rêver? Une étude australienne rapporte que les femmes préfèrent inconsciemment les hommes qui présentent un visage symétrique, un signe de bonne santé. «C'est une conséquence de la sélection naturelle, ajoute Dr. Grossman. Les femmes regardent un homme et se disent "Il a un beau visage, imaginez nos enfants!".» Et c'est un jugement rapide - ça prend plus d'une nanoseconde, mais moins d'une seconde pour se faire une idée.

  • Votre code postal

    Personne n'aime les relations à longue distance - mais une liaison romantique a peu à voir avec l'endroit où vous habitez. Ce serait plutôt les différences culturelles et l'idée de ce qui est attirant qui garantissent (ou non) une relation durable. Un étude du journal Psychological Science confirme que les personnes qui habitent dans des régions du monde où la nourriture et l'argent se font rares ojnt tendance à trouver les femmes bien en chair plus attirantes que les femmes plus minces. Il n'est donc pas étonnant que les personnes plus minces soient idéalisées dans les pays développés.

  • Le nombre de chandelles sur le gâteau

    Nous vivons dans une culture qui défie les signes du vieillissement - et une recherche du journal Current Anthropology faite sur l'attirance que les hommes ont pour les femmes pourrait expliquer pourquoi. Les hommes de cinq cultures différentes ont clairement démontré une préférence pour les femmes ayant des airs de jeunesse: de grands yeux, un petit nez et des lèvres pulpeuses. Mais ne traitez pas tous les hommes de porcs: ces conclusions démontrent que les femmes, tout comme les hommes, recherchent instinctivement des partenaires en âge de se reproduire. Le Dr. Grossman prévient que l'attirance physique n'est pas gage d'une relation saine et à long terme. Même si un homme de 65 ans est attiré par une femme de 30 ans, ce n'est pas nécessairement un couple prometteur. «Une différence de plus de 25 ou 30 ans reste un grand défi dans le couple.»

  • Miroir, miroir...

    Si les contraires s'attirent, ça ne veut pas dire pour autant que le couple est béton. Une récente recherche canadienne explique le phénomène des couples-sosies. Si les participants étaient plus libres dans leur choix de partenaires à court terme, ils se sont montrés plus conservateurs dès qu'il s'agissait du long terme et ont préféré les partenaires qui présentaient un visage similaire au leur. La théorie veut que cette réponse instinctive soit une barrière naturelle qui empêche les membres d'une même famille de tomber en amour. «On ne veut pas tomber en amour avec notre frère ou notre soeur, mais on a tendance à faire plus confiance aux gens qui nous ressemblent», prévient Grossman. La preuve que les contraires ne s'attirent pas vraiment pour longtemps...!

  • Vos gènes

    Le type de relation que vous recherchez peut être influencé par votre code génétique. Selon une étude italienne, les gens à la recherche d'un certain type de relation auraient plus de chance d'avoir des marqueurs spécifiques dans leur cerveau. Cela pourrait indiquer que la biologie joue un facteur dans nos attirances pour les autres, mais cela ne veut pas dire que nos comportements amoureux peuvent être toujours prévisibles. Le Dr Grossman, lui, affirme: «Je crois absolument que beaucoup de comportements sont prévisibles. Mais pouvez-vous prouver cela, de manière exacte, à chaque fois? Non. Vous pouvez faire des prévisions spécifiques sur les gens, mais il y aura toujours des choses que nous ne seront pas capables de quantifier, comme les émotions et le coeur humain. Il y aura toujours des données aberrantes.» Alors? Les règles de la séduction ne peuvent pas être écrites - c'est pourquoi l'amour laisse même le meilleur d'entre nous perplexe.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.