POLITIQUE

Laval: Marc Demers se sent menacé

09/10/2013 09:37 EDT | Actualisé 09/12/2013 05:12 EST
PC

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont rencontré mardi soir le candidat à la mairie de Laval, Marc Demers, en rapport avec des propos menaçants qui le concernent sur l'enregistrement d'une conversation entre l'ex-maire Gilles Vaillancourt et la candidate Claire Le Bel.

À LIRE AUSSI

Laval : la candidate Claire Le Bel craint pour sa sécurité

Dans cet enregistrement réalisé par Mme Le Bel lors d'un entretien avec Gilles Vaillancourt en août dernier, dont Radio-Canada a obtenu copie, l'ex-maire déclare à Claire Le Bel que quelqu'un lui a dit que le candidat à la mairie, Marc Demers, se ferait casser une jambe au début du mois de septembre.

À un certain moment, sur l'enregistrement, on peut en effet entendre Gilles Vaillancourt déclarer : « Moi je pense qu'y [Marc Demers] va recevoir la boule noire dans le genou début septembre... »

Plus tard, Gilles Vaillancourt ajoute : « Quelqu'un m'a dit que début septembre y a quelqu'un qui va lui [ Marc Demers] casser une jambe . »

Or, ces propos ont été pris au sérieux par la Sûreté du Québec. Suffisamment pour qu'un dossier d'enquête soit ouvert.

Selon Marc Demers, deux enquêteurs de la SQ se sont présentés mardi soir à son domicile pour « lui faire part de certains propos menaçants » à son endroit évoqués par l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, lui faire signer une déclaration et enregistrer une plainte.

M. Demers, qui a dirigé la section des crimes majeurs de la police de Laval pendant 15 ans avant de se présenter à la mairie affirme par ailleurs prendre ces menaces au sérieux.

Marc Demers affirme d'ailleurs avoir pris des mesures pour assurer sa sécurité.

Dans le contexte où des accusations graves pèsent contre Gilles Vaillncourt cette affaire pourrait aggraver son cas si un procureur de la couronne estimait que ce dossier justifie de nouvelles accusations ou encore un bris de conditions.

D'après un reportgae d'Émilie Dubreuil

L'UPAC frappe à Laval (9 mai 2013)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.