NOUVELLES

Laval : la candidate Claire Le Bel craint pour sa sécurité

08/10/2013 08:21 EDT | Actualisé 08/12/2013 05:12 EST

Visiblement ébranlée, la candidate à la mairie de Laval Claire Le Bel a avoué craindre pour sa sécurité et celle de ses proches, lors d'une conférence de presse tenue pour expliquer à ses concitoyens les motivations qui l'avaient poussée à enregistrer sa conversation avec l'ancien maire Gilles Vaillancourt, qui a tenté de s'immiscer dans la campagne électorale.

Mme Le Bel a précisé qu'il n'y avait aucune preuve d'un lien entre l'agression de son attaché politique Reny Gagnon, survenue lundi soir, et sa sortie publique dénonçant l'intervention de Gilles Vaillancourt dans la campagne électorale, le jour même. « Je me demande si ça a un lien avec le reportage d'hier, explique-t-elle. D'un côté on ne peut présumer, mais par contre c'est une drôle de coïncidence. »

Interrogée sur son état d'esprit à la suite de l'agression de M. Gagnon, Mme Le Bel n'a pas tenté de dissimuler sa peur. « Oui, c'est inquiétant, mais je vous dirais que je l'étais [inquiète] avant, confie-t-elle en précisant ne pas avoir reçu de menaces. Quand tu fais affaire avec quelqu'un qui est accusé de gangstérisme, c'est assez facile de faire le lien que si tu dénonces cette personne-là [...]. Il ne doit pas aimer ça. »

Mme Le Bel a demandé et obtenu la protection de la police.

Agression de son attaché politique

L'attaché politique de la candidate à la mairie de Laval Claire Le Bel, Reny Gagnon, a été victime d'une agression à sa sortie du travail, lundi soir. Une plainte a été déposée à la Sûreté du Québec et une enquête a été instituée.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, l'incident serait survenu sur une voie rapide de Laval, alors que M. Gagnon rentrait chez lui après le travail. À un certain moment, un véhicule s'est placé devant la voiture de Reny Gagnon. Une main est sortie du véhicule du côté passager et aussitôt la voiture de M. Gagnon a eu une crevaison.

Reny Gagnon a alors emprunté la première sortie pour quitter l'autoroute. C'est à ce moment que deux véhicules, dont celui qui l'avait précédé sur l'autoroute, ont intercepté sa voiture. Deux hommes en sont alors sortis et ont agressé Reny Gagnon. La police n'a pas donné davantage de détails sur la nature de l'agression.

Gilles Vaillancourt s'invite dans la campagne

L'ancien maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a donné un premier rendez-vous à Mme Le Bel, le 13 août, mais elle ne s'y est pas rendue. Il l'a rappelée et insisté pour la voir, lui proposant même de passer chez elle. Elle a fini par lui donner rendez-vous le lendemain à son bureau de campagne. Son équipe a décidé d'enregistrer la conversation « pour se protéger », selon ses dires.

« Je préférais contrôler cette visite-là, parce qu'il allait me la faire de toute façon », soutient Mme Le Bel. Elle désirait ainsi protéger son équipe et ses candidats contre des insinuations qu'aurait pu occasionner une visite surprise de l'ancien maire devenu persona non grata.

Mme Lebel affirme avoir rendu publique l'intervention de M. Vaillancourt « parce que les Lavallois ont le droit de savoir ». Elle a décidé de contacter les médias après avoir remis l'enregistrement à la commission Charbonneau et à l'Escouade Marteau. « Après tout ce qui est arrivé à notre ville, il ne fait aucun doute que les Lavallois ont le droit de savoir que Gilles Vaillancourt tente de s'immiscer dans la campagne électorale », déclare la candidate à la mairie.

« Si Québec a mis en place la tutelle, c'est parce que certains élus ont adopté ce genre de comportement que je dénonce aujourd'hui, poursuit-elle. De ce fait, je demande à Québec de s'engager dès maintenant à retirer la tutelle dans les 30 jours qui suivront les élections, parce que je fais confiance aux Lavallois et je sais que le 3 novembre au soir, ils feront le choix de l'honnêteté, de la franchise et de l'intégrité ».

La candidate d'Option Laval souligne qu'elle serait très surprise d'avoir été la seule candidate à être approchée par M. Vaillancourt.

« Il est temps que la peur change de camp au Québec »

Elle incite les autres candidats à « trouver le courage » de l'imiter et de dénoncer ces pratiques qui ont conduit Laval à la tutelle. « Il est temps que la peur change de camp au Québec », conclut-elle.

Sur les motivations de M. Vaillancourt, Mme Le Bel s'interroge : « Je suis la seule de l'ancien PRO [le Pro des Lavallois, l'ancien parti politique de M. Vaillancourt] qui se présente à la mairie, avance-t-elle. Je ne sais pas, peut-être a-t-il voulu conserver ses attaches à l'Hôtel de Ville. » Elle précise ne pas avoir eu de lien particulier avec M. Vaillancourt, puisqu'elle ne siégeait pas au comité exécutif et qu'elle ne menait pas de dossiers.

Pour sa part, le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, a qualifié de « dégoûtant » ce qu'il a entendu sur Laval. Il a incité les citoyens à se déplacer pour voter.

Avec des informations d'Émilie Dubreuil

PLUS:rc