NOUVELLES

Drame de Lampedusa : les Européens doivent se réunir, dit Paris

05/10/2013 09:10 EDT | Actualisé 05/12/2013 05:12 EST

Les responsables politiques européens doivent se réunir pour trouver la « bonne réponse » après le naufrage d'une embarcation de clandestins à Lampedusa, a déclaré samedi le premier ministre français Jean-Marc Ayrault. Le naufrage a fait au moins 130 morts et 200 disparus

« C'est à eux de se réunir pour trouver la bonne réponse, mais la compassion ne suffit pas », a-t-il précisé en marge d'une visite à Metz, dans l'est de la France.

La déclaration du premier ministre français intervient au moment où l'île d'à peine 6000 habitants rendait hommage aux centaines de migrants morts lors du naufrage.

Quatre chalutiers se sont rendus sur le lieu où gît l'épave, à 40 mètres de profondeur, près de l'îlot inhabité des Lapins.

« À ceux qui sont morts en mer », ont écrit les pêcheurs sur un ruban surmontant la couronne de fleurs jaunes et oranges flottant sur l'eau.

Salvatore Martello, chef du consortium de pêche de Lampedusa, a indiqué qu'il ne fallait pas oublier « oublier les morts. Ces gens sont venus chercher un travail et améliorer leur vie », a-t-il ajouté.

Vendredi, l'Italie a observé une minute de silence dans tout le pays. Les drapeaux ont été mis en berne et des commerces ont été fermés, sur la petite île touristique de Lampedusa, à la demande de la mairesse Giusy Nicolini.

De leur côté, les gouvernements de Somalie et d'Érythrée ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes.

Dans une déclaration publiée samedi, le premier ministre somalien rappelle que des Somaliens ont fui par centaines de milliers ces deux dernières décennies un état permanent de guerre civile et des sécheresses chroniques dans leur pays.

Lors d'une réunion onusienne à New York, le ministre érythréen des Affaires étrangères, Osman Saleh Mohammed, a lui aussi présenté ses condoléances aux familles des victimes pour ce qu'il qualifie d'« incident tragique et triste ».

Jusqu'à 3000 Érythréens partent tous les mois pour le Soudan et l'Éthiopie, selon l'ONU.

PLUS:rc