NOUVELLES

Rehtaeh Parsons voulait parler de son histoire aux médias

04/10/2013 05:23 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST
Facebook

MONTRÉAL - Le père de Rehtaeh Parsons, cette adolescente de la Nouvelle-Écosse dont le suicide a attiré l'attention sur le problème de la cyberintimidation, a affirmé que sa fille avait tenté de le convaincre de rendre son histoire publique.

Glen Canning a indiqué que Rehtaeh avait eu l'idée de s'adresser aux médias dans les mois précédant son suicide en avril dernier.

En conférence de presse au Centre de lutte contre l'oppression des genres de l'Université Concordia à Montréal, M. Canning a raconté que la mère de Rehtaeh et lui avaient refusé, bien qu'il aurait facilement pu susciter l'intérêt de la presse, lui qui est un ancien photojournaliste.

Étant donné que Rehtaeh traversait une période difficile, ses parents ont jugé que le battage médiatique aurait été néfaste pour elle.

Le père a toutefois soutenu que, si c'était à refaire, il n'hésiterait pas à s'adresser aux médias.

Il a conseillé aux parents dont les enfants sont victimes d'intimidation et qui n'obtiennent pas l'aide souhaitée de la part des autorités d'emprunter cette voie, tant que l'enfant est au courant des conséquences.

«Quand j'y repense, je me dis que j'aurais dû faire ça, a confié Glen Canning. Si votre enfant se fait intimider et menacer en ligne, sur Facebook et par message texte et que ça n'arrête jamais même si vous vous êtes plaint, quelles sont vos autres options?»

Bianca Mugyenyi du Centre de lutte contre l'oppression des genres a déclaré que le projet de l'Université Concordia d'ouvrir un refuge pour les victimes d'agression sexuelle était un bon départ, mais qu'il fallait en faire davantage.

«Nous avons affaire à un problème culturel, sociétal, a-t-elle affirmé. Il faut vraiment éradiquer la culture du viol. Il faut croire les victimes, les protéger, les soutenir et cesser de les blâmer.»

M. Canning est bien placé pour le savoir. La mort de sa fille est survenue après des mois d'intimidation sur le Web à la suite de la publication d'une photo d'elle lors d'une présumée agression sexuelle.

«L'intimidation qu'on voit aujourd'hui ne devrait pas faire partie du fait de grandir, ça ne devrait être un rite de passage pour personne», a déclaré le père.

Rehtaeh Parsons est décédée après s'être pendue en avril 2013.

Rehtaeh Parsons: A Life In Photos

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.