NOUVELLES

Keystone XL : un milliardaire dénonce le lobbying de Stephen Harper

04/10/2013 06:48 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST

Un détracteur du projet d'oléoduc Keystone XL a écrit au premier ministre Stephen Harper en laissant entendre que les efforts énergiques de lobbying au profit du dossier ont joué un rôle dans la paralysie qui prévaut actuellement au sein du gouvernement américain.

Tom Steyer admoneste ainsi M. Harper pour avoir affirmé qu'il « n'accepterait pas un non comme réponse » de la part du président américain Barack Obama dans cette affaire.

M. Steyer est un milliardaire de San Francisco et un important financier du Parti démocrate.

Lors d'une séance de questions-réponses organisée par le Conseil des affaires canado-américaines la semaine dernière à New York, M. Harper s'est montré très ferme à propos de la réponse du Canada si le projet Keystone XL était rejeté par la Maison-Blanche.

Le premier ministre s'était alors engagé à continuer de faire pression pour obtenir une réponse positive.

Le rôle des républicains

M. Steyer s'en prend à ces déclarations dans sa lettre à M. Harper. « Est-ce que votre gouvernement, les lobbyistes de l'État ou des agents représentant TransCanada ont communiqué avec les républicains de la Chambre des représentants à propos de l'inclusion de Keystone dans la liste originale de demandes présentées au président Obama? », demande-t-il dans la lettre envoyée vendredi.

Dans sa missive, M. Steyer mentionne que TransCanada a lancé une nouvelle campagne de publicité qui cible des responsables à Washington.

« L'existence de cette campagne publicitaire est mise au jour au moment où les républicains de la Chambre ont provoqué une fermeture du gouvernement américain, en plus de menacer de s'opposer au relèvement du plafond de la dette nationale à moins que certaines demandes ne reçoivent une réponse positive », écrit M. Steyer.

« Dans la liste originale de demandes des républicains de la Chambre, on retrouve l'approbation, par l'administration Obama, de la construction de l'oléoduc Keystone XL. »

La combinaison de la campagne publicitaire et des commentaires de M. Harper prononcés la semaine dernière « soulève la question à savoir si votre bureau travaille main dans la main avec TransCanada pour tenter de profiter de la situation actuelle à Washington aux dépens du peuple américain », dit M. Steyer.

La Presse Canadienne

PLUS:rc